Chauffer sa maison grâce aux eaux usées, c'est possible

15/04/15 à 09:50 - Mise à jour à 15:52

Faire fonctionner ses radiateurs grâce aux ressources cachées dans nos égouts, c'est désormais possible dans plusieurs villes d'Europe. La dernière à s'être convertie au système, c'est l'allemande Aix-la-Chapelle.

Chauffer sa maison grâce aux eaux usées, c'est possible

© reuters

Sous les maisons d'Aix-la-Chapelle se cachent des canaux d'eaux usées: un immense réseau dont la ville compte bien tirer profit. Dans l'un de ces tuyaux, 300 litres d'eau circulent par seconde. Il s'agit de l'eau des éviers, douches et machines à laver de 150.000 habitants. Sous terre, elle serait "toute l'année à une température allant de 10 à 20 degrés celsius", d'après le site Wirtschafts Woche. De quoi donner des idées à certains...

Les eaux usées deviendront de l'énergie

L'entreprise Stawag a ainsi été réquisitionnée pour faire de cette ressource plutôt inattendue un mode de chauffage. Pour que le système fonctionne, c'est très simple, il suffit d'installer un échangeur thermique dans les égouts, grâce auquel on va pouvoir récupérer la chaleur de l'eau et la transformer en énergie. Celle-ci viendra alimenter deux pompes à chaleur qui réchaufferont l'eau à hauteur de 50 degrés. Un réseau adapté la mènera ensuite jusqu'à votre radiateur.

Pour l'heure, la commune d'Aix-la-Chapelle a équipé quatre immeubles de ce système, soit 120 appartements. Elle a ainsi remarqué que les eaux usées pouvaient fournir jusqu'à quatre cinquièmes de la demande en énergie des pompes à chaleur. Le dernier cinquième est lui assuré par l'électricité. Si le test a révélé quelques failles, comme un coût élevé d'environ 700.000 euros (soit bien plus que pour l'installation d'une chaudière à gaz ou pétrole), il s'est tout de même avéré suffisamment concluant pour la Fondation Allemande pour l'Environnement. Celle-ci a ainsi estimé qu'à terme, il serait possible d'équiper de 2 à 4 millions d'appartements de ce système.

Un projet né dans les années 2000

Il faut dire que les prix de l'énergie augmentant, l'installation pourrait être de plus en plus rentable... Qui plus est, les logements pourraient en profiter toute l'année. En effet, l'été, lorsque la température des eaux usées devient inférieure à la température des bâtiments, la machine est réversible, c'est-à-dire qu'elle permet de rafraîchir votre intérieur. Grâce à cette double fonction, on estime qu'il faudrait environ dix ans pour rentabiliser la mise en place de ce mode de chauffage, cette durée variant selon le contexte, notamment la proximité avec la source d'eaux usées.

Si jamais une aussi grande installation n'avait été utilisée pour chauffer des habitations à partir des eaux usées, l'idée n'est pas pour autant nouvelle. Rien qu'en Allemagne, il existe déjà quatre infrastructures de ce type. Les premières sont nées dans les années 2000, grâce à une société suisse, la Rabtherm. Depuis, plusieurs projets ont vu le jour, notamment à Lyon, en France, où une filiale de Suez Environnement a proposé d'équiper logements sociaux, maisons de retraite et hôpitaux du pays. A Paris, c'est une piscine et une école du 12e arrondissement qui ont franchi le cap. Du côté de l'Autriche, toute une ville a voulu profiter de ses égouts. A Amstetten, ils génèrent ainsi suffisamment d'énergie pour chauffer 4.000 mètres carrés de bâtiments.

P.S

Nos partenaires