Certaines villes bannissent les camions polluants et bruyants

15/09/14 à 09:13 - Mise à jour à 16/09/14 à 16:41

Source: Trends-Tendances

Dans le monde entier, les villes sont à la recherche de façons d'approvisionner la population citadine croissante par des camions plus propres et moins bruyants. Bruxelles participe également au projet en travaillant à un centre de distribution urbain dans le port de façon à décharger le centre de la ville d'une partie du transport de marchandises.

Certaines villes bannissent les camions polluants et bruyants

© Image Globe

De plus en plus de gens partent habiter les villes, ce qui provoque non seulement une explosion du transport des personnes, mais également du transport de marchandises qui augmente exponentiellement. Cette situation aggrave la congestion dans et autour de la ville et les moteurs à combustion polluent la qualité de l'air des citadins en émettant de fines particules, du CO2 et d'autres substances toxiques.

Aussi les administrations urbaines réagissent-elles en proposant des plans ambitieux de réduction de CO2 et en bannissant les camions polluants de certaines parties de la ville. Ainsi, Singapour désire réduire les émissions de CO2 d'11 pour cent d'ici 2020, New York de 30 pour cent d'ici 2030, Munich de moins de 50 pour cent, Londres de 60 pour cent, etc. Figurant parmi les villes les plus ambitieuses, Toronto et Copenhague ont l'intention de faire baisser leurs émissions de CO2 de respectivement 80 et 84 pour cent.

Ramasser les déchets au biogaz

Pour le transport urbain, il faudra travailler à de nouveaux concepts de transports. Les constructeurs de camionnettes et de camions devront accélérer leur développement de produit ainsi que leurs systèmes de propulsion. Les camions de distribution de l'avenir seront aérodynamiques et construits en matériaux légers. Il faudra surtout éviter le diesel et rouler aux carburants alternatifs tels que le gaz naturel ou le biogaz (GNV).

Les constructeurs présenteront bientôt des camions de ville roulant au GNV au salon des véhicules IAA à Hanovre. Ceux-ci sont développés spécifiquement pour les trajets réduits et la circulation interrompue, telle que le ramassage d'ordures et la distribution locale. Le gaz naturel est inodore lors de sa combustion et comporte peu de particules toxiques. Le biogaz (le gaz méthane extrait de matériaux organiques) émet même 70 pour cent de moins de dioxyde de carbone que le diesel. Les véhicules hybrides et entièrement électriques font également leur apparition. Si les moteurs électriques présentent l'avantage d'être pratiquement silencieux, seule l'autonomie des batteries semble encore insuffisante pour une distribution urbaine rentable.

En savoir plus sur:

Nos partenaires