Carrefour en grève : Lavinay, le "David Copperfield de la restructuration" ?

02/04/10 à 15:56 - Mise à jour à 15:56

Source: Trends-Tendances

17 magasins Carrefour fermés vendredi, d'autres fermetures prévues pour le week-end pascal : les syndicats font monter la pression sur la direction du distributeur en Belgique. Le Setca ironise même sur les propositions avancées par Gérard Lavinay, qualifiant le directeur général de Carrefour Belgique de "David Copperfield de la restructuration".

Carrefour en grève : Lavinay, le "David Copperfield de la restructuration" ?

© Belga

Jusqu'à 17 magasins Carrefour étaient fermés à la mi-journée vendredi, selon des chiffres actualisés fournis par le géant de la distribution. Des fermetures qui font suite aux nouvelles informations livrées jeudi par la direction, annonçant le possible sauvetage de sept magasins mais confirmant l'abandon d'une quinzaine d'autres ainsi sa volonté de changer de commission paritaire pour ses travailleurs.

Dans la foulée, le syndicat chrétien CNE annonçait la fermeture, ce week-end pascal, de plusieurs magasins Carrefour pour protester contre l'important plan de restructuration du groupe. Le syndicat n'appelle donc pas à la grève générale, comme il l'avait indiqué dans un précédent communiqué : "Les délégués CNE appellent le personnel à ne pas se laisser diviser et à renforcer leur solidarité entre ceux dont les magasins ferment, sont destinés à la franchise, passeront chez Mestdagh ou resteront dans le giron de Carrefour !", ajoute le syndicat chrétien.

Interrogé, le Setca a indiqué qu'il couvrirait également tous ses affiliés qui se croiseraient les bras ce samedi. Et de dénoncer les propositions de Gérard Lavinay, directeur général de Carrefour Belgique, qualifié de "David Copperfield de la restructuration" : "Comme par magie, plus d'un tiers des magasins peuvent aujourd'hui être sauvés. Il sort de son chapeau la solution et la présente sur un plateau d'argent : trancher à la baisse dans les coûts salariaux en contrepartie du maintien de certains magasins. Ceci est présenté comme étant une condition sine qua non. Mais cette perspective n'est pas nouvelle : la direction parle de revenir sur tous les acquis sociaux depuis le début !

Le Syndicat des employés, techniciens et cadres de la FGTB, qui représente plus de 360.000 travailleurs au niveau fédéral, assiste donc "médusé au spectacle... Comment expliquer qu'il y a un mois, neuf magasins étaient condamnés et qu'aujourd'hui, ils peuvent être sauvés... Alors que les conditions exposées au départ n'ont pas changés !"

Aux yeux du Setca, c'est clair : "Gérard Lavinay veut redorer son blason et détourner l'attention du vrai fond du problème. Ne pas mettre en lumière tous ses faux pas, les mensonges et les incohérences du dossier."

L'ambiance ne risque guère de s'alléger avec la diffusion, sur l'Internet, de cette vidéo intitulée Carrefour dangereux, conçue par un trio de réalisateurs et produite par Métallurgistes Wallonie-Bruxelles (MWB-FGTB) et Form'action André Renard :

Trends.be

Nos partenaires