Brussels Airlines: un conseil d'entreprise extraordinaire prévu à 17h

05/02/18 à 06:25 - Mise à jour à 14:23

Source: Belga

Ce lundi s'annonce crucial pour la compagnie aérienne Brussels Airlines: un conseil d'entreprise extraordinaire est prévu cet après-midi, à 17h00, a indiqué le syndicat libéral. Une réunion du conseil d'administration de SN Airholding, la société-mère de Brussels Airlines, est également prévue à 13h, à Francfort.

Brussels Airlines: un conseil d'entreprise extraordinaire prévu à 17h

© Belga

"Un conseil d'entreprise extraordinaire a été convoqué à 17h00 afin d'informer les gens" sur les décisions du conseil d'administration de SN Airholding. SN Airholding est la holding de Brussels Airlines qui a été totalement reprise par Lufthansa. Le conseil d'administration est prévu à 13h00 à Francfort.

Une communication officielle sera annoncée à l'issue de ce conseil d'administration.

Selon des informations qui ont filtré dans la presse, Lufthansa souhaite réorienter l'avenir de Brussels Airlines en l'intégrant dans la section à bas coûts Eurowings, contre l'avis de l'administrateur délégué (CEO) de la compagnie Bernard Gustin, favorable à un modèle économique hybride comprenant des vols intra-européens très compétitifs et des vols vers l'Afrique, l'Amérique et l'Inde plus "classiques".

A l'issue de ce conseil d'administration, on devrait notamment en savoir plus sur l'avenir du patron de Brussels Airlines Didier Gustin et sur le directeur financier Jan De Raeymaeker.

Les syndicats redoutent une réduction de la marque belge qui pourrait entraîner la perte de dizaines d'emplois en Belgique. "Nous avons libéré notre agenda pour des actions ces prochains jours", explique Paul Buekenhout du syndicat chrétien LBC (CNE). "Les trois syndicats sont unanimes: nous sommes prêts à faire grève", souligne pour sa part Filip Lemberechts du syndicat libéral ACLVB (CGSLB). "Si nécessaire, les avions seront maintenus sur le tarmac."

Les travailleurs de la compagnie aérienne belge ont lancé vendredi une pétition dans laquelle ils expriment leur soutien à leurs dirigeants en brandissant la menace d'une grève.

"Nous avons convenu avec les syndicats que nous élaborerons un plan d'actions en fonction de ce qui est annoncé lundi", a précisé Filip Lemberechts, du syndicat libéral ACLVB, à l'agence Belga.

Et dimanche, une cinquantaine de patrons belges, tant flamands que francophones, des secteurs privé et public, ont publié une carte blanche plaidant pour que Brussels Airlines "reste une compagnie aérienne forte ancrée à Bruxelles, qui réponde aux besoins des différents segments du marché".

Le président du conseil d'administration de Brussels Airlines, le vicomte Etienne Davignon, a quant à lui indiqué dimanche ne "pas être inquiet", mais "pas content" à la veille de la réunion de Francfort - où les quatre administrateurs belges risquent d'être mis en minorité face aux cinq du groupe Lufthansa.

"J'ai des raisons de ne pas être content mais je ne suis pas inquiet, a-t-il déclaré à la RTBF. "Je ne suis pas inquiet par rapport aux rumeurs qui circulent et je ne les commente pas. Ce n'est pas un comité d'entreprise qui va annoncer des surprises. C'est un conseil d'administration pour discuter du sort de Bernard Gustin et Jan De Raeymaeker. Nous informerons les syndicats par la suite", a-t-il ajouté.

Dans les milieux gouvernementaux, on assurait que l'équipe du Premier ministre Charles Michel suivait la situation de près et avait "de nombreux contacts".

Brussels Airlines emploie quelque 3.500 personnes. Les projets de Lufthansa font craindre des pertes d'emplois.

Nos partenaires