Brussels Airlines suscite la polémique pour sa collaboration avec Uber

18/11/14 à 22:16 - Mise à jour à 19/11/14 à 07:58

Source: Belga

Le secteur des taxis condamne l'action promotionnelle de Brussels Airlines, annoncée mardi, qui propose à ses clients potentiels un cadeau de fin d'année à un ami assorti d'une course gratuite Uber d'une valeur de 15 euros pour se rendre à l'aéroport ou à l'hôtel.

Brussels Airlines suscite la polémique pour sa collaboration avec Uber

© Belga

Le secrétaire général du Groupement nationale des entreprises de voitures de taxis et de location avec chauffeur (GTL-Taxi) Pierre Steenberghen, a annoncé qu'il demanderait au ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts, de se pencher sur le dossier mercredi. "Nous préférons ne pas faire grève", explique le secrétaire général. "Ce serait contre-productif, d'autant plus qu'Uber lance une nouvelle offre promotionnelle." Pour Pierre Steenberghen, le fonctionnement d'Uber consiste en du travail au noir. "Et si cela continue, de plus en plus de chauffeurs risquent de passer par la société puisqu'au lieu de payer des taxes, ils leur suffit de verser 20% de leurs revenus à Uber."

Michaël Zylberberg, président de l'asbl Brussels Unified Taxi (BUT), le principal groupement de taximen bruxellois, condamne lui aussi l'action promotionnelle qu'il considère comme "une démarche expansionniste" entamée par Uber en-dehors de la capitale, et la confirmation d'une "manière honteuse de contourner les jugements rendus en Europe et aux USA".

Une grande partie des voyageurs se rendant vers ou atterrissant à Brussels Airport emprunte des taxis flamands, les taxis bruxellois ne pouvant y charger des clients qu'en cas de commande préalable. Toutefois, les taximen de toutes les régions ne peuvent que pâtir de la publicité qu'offre cette action conjointe Brussels Airlines-Uber à la société de transport partagé, estime le président de BUT. "Il s'agit clairement d'une démarche commerciale", déplore Michaël Zylberberg. "Dans les médias, sur les réseaux sociaux, on fait souvent de la publicité pour les services d'Uber en parlant d''économie partagée', mais sans forcément savoir ce que ça représente dans la réalité. Ce terme est bien beau, mais il s'agit bien d'un service mercantile".

Interrogé en commission de l'Infrastructure du parlement bruxellois il y a une semaine, le ministre de la mobilité Pascal Smet avait affirmé qu'en l'état actuel de la réglementation, "le 'ride-sharing' tel que pratiqué par la multinationale Uber est illégal".

En savoir plus sur:

Nos partenaires