Brink's : vers une offre combinée Loomis-Baron ?

06/12/10 à 10:08 - Mise à jour à 10:08

Source: Trends-Tendances

Ramy Baron propose de déposer une proposition conjointe avec Loomis, de manière à combiner les avantages d'une gestion proche des travailleurs et ceux d'une société transnationale, ont indiqué les administrateurs provisoires de Brink's. Une nouvelle réunion est prévue aujourd'hui.

Brink's : vers une offre combinée Loomis-Baron ?

© Belga

Alain Zenner et Gérard Delvaux, administrateurs provisoires du transporteur de fonds Brink's, rencontreront les deux candidats repreneurs, Loomis et Ramy Baron, aujourd'hui (lundi) à 15 h, afin d'examiner les formules possibles de reprise de l'entreprise, a indiqué Alain Zenner dimanche à l'agence Belga.

Les administrateurs ont étudié le dossier ce week-end afin de "combiner les avantages offerts par Loomis, une société déjà présente dans le secteur, stable et désireuse de s'implanter dans le Benelux", selon Alain Zenner, "avec la gestion des travailleurs telle que la pratique Ramy Baron".

L'offre remise par le groupe Loomis, qui avait été jugée inacceptable et rejetée par les administrateurs provisoires vendredi (lire ci-après), est aussi "légalement irrecevable car il n'est pas possible de reprendre une société pour l'euro symbolique", a indiqué Alain Zenner.

"La réunion, lundi, entre les candidats repreneurs et les administrateurs provisoires devrait permettre de travailler sur les différentes possibilités", a encore souligné l'administrateur provisoire.

Pour rappel, le transporteur de fonds Brink's Belgium avait annoncé des mesures d'économie drastiques. Ces restrictions avaient provoqué une grève des travailleurs mi-octobre. La direction avait ensuite fait aveu de faillite, le 12 novembre dernier. Les travailleurs avaient crié à la faillite frauduleuse et avaient été suivis par le ministère public dans cette thèse.

Le tribunal de commerce de Bruxelles avait déclaré, le 17 novembre, l'aveu de faillite irrecevable et avait désigné Alain Zenner et Gérard Delvaux comme administrateurs provisoires. Le conseil d'administration de Brink's a fait appel du jugement. Les candidats repreneurs devaient déposer leurs offres vendredi dernier.

L'offre de Loomis jugée "inacceptable" par les administrateurs provisoires de Brink's

"L'offre de reprise de Loomis, portant sur le rachat d'actifs après faillite (y compris les immeubles, le matériel et l'outillage, le fonds de commerce et le goodwill, etc.), se borne à 1 euro : elle a été jugée inacceptable et rejetée par les administrateurs provisoires", ont annoncé ceux-ci vendredi dans un communiqué.

Les administrateurs provisoires ont reçu vendredi après-midi des représentants du groupe Loomis et Ramy Baron qui ont expliqué leurs projets portant sur la reprise de Brink's Belgium. "Ramy Baron a remis une proposition d'offre sérieuse, envisageant une solution de continuité sans faillite, avec maintien des droits acquis même en cas de changement de statut", soulignent les administrateurs provisoires.

"Dans le but de combiner les forces des parties en présence, Ramy Baron a proposé d'adapter sa propre offre pour déposer dans le courant de la semaine prochaine une proposition conjointe avec Loomis, de manière à combiner les avantages d'une gestion proche des travailleurs et ceux d'une société transnationale", précise le communiqué.

Les syndicats de Brink's plaident pour une revalorisation du statut ouvrier

Les syndicats de Brink's n'attendront pas la fin des discussions interprofessionnelles relatives à un statut commun pour les employés et les ouvriers : ils plaident dès à présent pour une revalorisation du statut ouvrier.

Les représentants des travailleurs souhaitent notamment que la société puisse faire appel au chômage économique, ce qui est en principe réservé aux ouvriers. Pour ce faire, les employés devraient passer sous le statut d'ouvrier tout en conservant les avantages des employés, comme les délais de préavis. "Une sorte de statut ouvrier revalorisé", a commenté Marc Geerinck (CSC).

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires