Brink's: rencontre entre les syndicats et les administrateurs provisoires ce vendredi

19/11/10 à 09:35 - Mise à jour à 09:35

Source: Trends-Tendances

Les premières pistes d'avenir pour la société de transport de fonds Brink's devraient être communiquées vendredi à Ohain aux syndicats, qui restent prêts à reprendre le travail sous conditions.

Brink's: rencontre entre les syndicats et les administrateurs provisoires ce vendredi

© Belga

"M. Delvaux et M. Zenner nous avaient annoncé que les premières pistes concrètes devraient être annoncées en fin de semaine après les analyses financières", a indiqué Roger Alho, permanent du Setca-Centre, qui se réjouit prudemment.

"On nous parle de deux repreneurs potentiels, une société de gardiennage du Groupe 4 et une autre société française. Financièrement, l'argent serait là, avec, entre autres les 8 millions d'euros dus par les clients, la valeur du bâtiment vide de Laeken de 15 millions d'euros. Nous restons donc enthousiastes mais que vont nous demander les administrateurs provisoires? ", s'interroge-t-il.

Une reprise du travail est possible mais sous conditions. "Nous sommes prêts à reprendre le travail mais sans lâcher la moindre chose: statuts employés, conventions collectives, salaires, etc. Sans cela, nous continuons le combat".

Selon le Setca, les administrateurs provisoires ont pris contact avec l'ancienne direction de la Brink's. "Les travailleurs avaient un bon contact avec M. Bernardin, directeur des ressources humaines écarté au début du conflit. Les travailleurs ont estimé qu'ils pouvaient encore avoir une dose de confiance en lui. Nous pourrions donc le rencontrer ce vendredi. Mais, quoi qu'il en soit, sans toutes les garanties, pas question d'une quelconque reprise du travail", a conclu le permanent du Setca-Centre.

Le syndicat libéral CGSLB envisage la possibilité d'introduire un recours en référé contre la vente de la filiale transport de diamants de Brink's Belgium à Brink's Diamond & Jewelry Services (BDJS), basée à Zaventem, a-t-il indiqué jeudi dans un communiqué.

Le tribunal de commerce de Bruxelles a décidé mercredi de ne pas accepter la demande de faillite de Brink's Belgium. L'une des raisons de ce refus est que le conseil d'administration du transporteur de fonds n'était plus composé valablement depuis juin 2010, et ne pouvait donc pas prendre de décision valable, d'après le communiqué.

La semaine dernière, BDJS, une société soeur de Brink's Belgium, avait reçu une licence temporaire pour l'organisation de transports de fonds. Avant cela, BDJS n'organisait que des transports de valeurs, à savoir des diamants. Les syndicats avaient déjà exprimé précédemment leurs craintes que la direction de Brink's Belgium ait voulu se mettre en faillite pour redémarrer ses activités via sa société soeur.

La CGSLB fait savoir que tant que la possibilité de s'opposer à la vente existera, elle ne se privera pas de mettre tout en oeuvre pour rapatrier la filiale au sein de Brink's Belgium.

1000 manifestants

Par ailleurs, près d'un millier de manifestants se sont rassemblés jeudi, de 11h00 à 13h30, sur la place Royale, à Bruxelles, en soutien aux travailleurs du transporteur de fonds Brink's, d'après le SETCa. Selon la police, les manifestants étaient au nombre de 700. Une délégation de représentants syndicaux (SETCa-FGTB, CSC, CGSLB) a été reçue durant plus d'une heure par la ministre de l'Intérieur, Annemie Turtelboom.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires