Brésil : le secrétaire à la sécurité de Rio démissionne après de nouvelles violences

12/10/16 à 01:05 - Mise à jour à 01:07

Source: Belga

(Belga) Le secrétaire à la sécurité publique de l'Etat de Rio, artisan de la pacification des favelas, a démissionné mardi alors que la violence augmente dans cet Etat brésilien en pleine crise financière.

"Le secrétaire José Mariano Beltrame a demandé au gouverneur de Rio de quitter le gouvernement", a indiqué le gouvernement de l'Etat à l'AFP à propos du créateur des Unités de police pacificatrice (UPP). "M. Beltrame a été remplacé par son sous-secrétaire Roberto Sa qui prendra ses fonctions lundi", a précisé plus tard le gouvernement de l'Etat. Comme M. Beltrame, M. Sa est commissaire de la police fédérale. En tant que sous-secrétaire, il a coordonné l'implantation des UPP à partir de 2008. La démission de M. Beltrame - qui est resté près de dix ans à la tête de la sécurité de Rio - intervient au lendemain d'affrontements entre policiers et trafiquants dans une favela surplombant la zone touristique de Rio. Des échanges de tirs nourris à Copacabana et Ipanema ont semé la panique et se sont soldés par trois morts parmi les délinquants présumés et cinq blessés dont trois policiers. En vue du Mondial 2014 et des JO de 2016, le gouvernement local a investi depuis 2008 plusieurs favelas qui étaient aux mains des trafiquants de drogue depuis 30 ans : une quarantaine d'UPP ont été installées dans 264 favelas, où vivent plus d'un million et demi de personnes. Près de 10.000 policiers ont été déployés dans ces territoires mais les narcotrafiquants cherchent à reprendre le contrôle de certaines de ces favelas depuis plusieurs mois. Depuis 2008, le secrétaire Beltrame n'a eu de cesse de réclamer, en vain, le deuxième volet du programme des UPP, qui prévoyait l'entrée des services sociaux (crèches, écoles et dispensaires) dans les favelas "pacifiées", soulignant que la seule répression n'était pas suffisante à long terme. (Belga)

Nos partenaires