Bpost coupable d'abus de position dominante

07/04/11 à 16:17 - Mise à jour à 16:17

Source: Trends-Tendances

Bpost a commis un abus de position dominante dans le "routage", a estimé l'auditorat du Conseil de la concurrence. Et risque une amende de plusieurs dizaines de millions d'euros.

Bpost coupable d'abus de position dominante

© Belga

Le rapport de l'auditorat fait suite à des plaintes déposées par les sociétés Spring, Link2Biz et Publimail, concurrentes de la Poste belge. Il porte sur le marché de l'intermédiation postale (routage) en Belgique. Ces services de routage assurent essentiellement la préparation du courrier (mise sous enveloppe, conditionnement, tri par code postal, etc.) pour le compte de grandes entreprises, et le dépôt de ce courrier dans l'un des cinq grands centres de Bpost en Belgique.

Dans son rapport transmis au Conseil de la concurrence, l'auditorat confirme l'abus de position dominante de Bpost, de 2003 à aujourd'hui. Des conditions discriminatoires, des pratiques de refus de vente et un manque de transparence y sont notamment épinglés.

Concrètement, pour ce routage, les grands clients peuvent s'adresser soit aux entreprises qui ont porté plainte - les "routeurs" - soit directement à Bpost. Dans ce dernier cas, ils bénéficient de tarifs plus avantageux que dans les autres sociétés, pointe l'auditorat. Par ailleurs, les clients directs de Bpost sont au courant des nouveaux tarifs avant les routeurs, qui ne peuvent dès lors plus être concurrentiels, ajoute-t-il.

C'est désormais à la chambre du Conseil de la concurrence de décider s'il y a eu abus ou pas, une décision qui pourrait prendre un an. En théorie, Bpost pourrait être condamnée à une amende atteignant 10 % maximum du chiffre d'affaires, soit dans ce cas quelque 50 millions d'euros.

Bpost a indiqué "prendre acte", jeudi après-midi, du rapport transmis par l'auditorat au Conseil de la concurrence. "Le débat devient maintenant contradictoire et Bpost sera en mesure de faire valoir pleinement ses arguments, a souligné un porte-parole de l'entreprise. Nous sommes convaincus de pouvoir réfuter tous les griefs" tout en continuant "évidemment à prêter notre pleine collaboration à l'enquête".

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires