Bpost: 90 % de grévistes, la Belgique sans courrier ce vendredi

10/02/11 à 17:42 - Mise à jour à 17:42

Source: Trends-Tendances

Journée de grève générale ce vendredi chez Bpost. Les syndicats protestent contre le nouveau plan stratégique de l'entreprise, qui prévoit notamment une réorganisation logistique "en profondeur". Il rencontreront ce matin la ministre des Entreprises publiques et, mardi, la direction de Bpost. Sans guère d'illusions.

Bpost: 90 % de grévistes, la Belgique sans courrier ce vendredi

Les boîtes aux lettres resteront vides ce vendredi, en raison de l'appel à la grève générale lancé par le front commun syndical de Bpost à la fin du mois de janvier. Conscients du mécontentement de leur base, les syndicats entendent ainsi marquer leur désapprobation face au nouveau plan stratégique de l'entreprise, qui prévoit notamment une réorganisation logistique "en profondeur".

90% de grévistes, les cinq centres de tri à l'arrêt

Le mouvement de grève touche vendredi 90% des travailleurs de bpost, a indiqué vendredi matin le secrétaire général de la CSC Poste, André Blaise. Les cinq centres de tri du pays étaient à l'arrêt dans la nuit de jeudi à vendredi, a confirmé le porte-parole de bpost Piet Van Speybroeck.

Les centres de tri de Gand, Anvers, Bruxelles, Charleroi et Liège
étaient tous à l'arrêt dans la nuit de jeudi à vendredi. "Avec près de 90% de grévistes, le mouvement est un succès total", estime le secrétaire général de la CSC Poste. Tant les centres de tri, que les bureaux de distribution et les facteurs sont touchés par la grève, a-t-il précisé.

"Il n'y aura donc pas de distribution de courrier aujourd'hui et de grosses perturbations sont encore attendues demain (samedi) dans la distribution des quotidiens", a souligné le syndicaliste. Les boîtes aux lettres resteront vides vendredi matin, confirme le porte-parole de bpost. "Le courrier n'a pas été acheminé vers les centres de tri et de distribution", confirme M. Van Speybroeck. "Même si certains facteurs ne suivent pas le mouvement de grève, ils ne pourront pas distribuer de courrier, ou en tout cas très peu", explique-t-il.

Les raisons de la grève

Alors que les conflits sociaux se sont multipliés ces dernières années au sein de l'entreprise publique, confrontée tant à la baisse du courrier qu'à la libéralisation du marché, Bpost rend public, le 24 janvier, son plan stratégique 2011-2015. Celui-ci prévoit entre autres la transformation des cinq centres de tri actuels (Bruxelles, Charleroi, Liège, Anvers et Gand) en centres de courrier industriels (Industrial Mail Centres - IMC) dont les activités seront "fortement étendues".
?
Ces cinq IMC assureront ainsi le tri régional du courrier jusqu'à l'adresse du destinataire "et dans l'ordre des tournées des facteurs", seuls les centres de Charleroi, Gand et Bruxelles se chargeant par ailleurs du tri national.
?
En d'autres mots, le courrier ordinaire sera prêt à être distribué dès sa sortie des IMC, ce qui aura pour conséquence de réduire le travail de tri effectué actuellement par les facteurs dans plus de 400 bureaux de distribution.
?
A moyen terme, ces bureaux ne seront plus que 60 pour tout le pays, dénoncent immédiatement les syndicats qui craignent une diminution des effectifs - on parle de 30 % - ainsi qu'une pression accrue sur le travail, d'autant que Bpost emploie depuis quelques mois des agents auxiliaires "sous contrat ouvrier et pour un salaire de misère", pointent les organisations syndicales.
?
Le 27 janvier, les syndicats émettent un avis négatif quant au plan stratégique, la CSC ayant même "claqué la porte" des négociations. La CGSP, elle, évoque la possibilité d'une action nationale. La mécanique est lancée et les arrêts de travail se multiplient sur le terrain, tant dans les centres de tri que dans les bureaux de distribution, principalement au sud du pays.
?
De son côté, la direction de l'entreprise déplore, sans surprise, l'appel à la grève. Lundi, Johnny Thijs, son administrateur délégué, fait part, dans une communication interne, de sa volonté "d'améliorer les rémunérations des facteurs auxiliaires".
?
En vain : les syndicats maintiennent leur appel à la grève, qualifiant les propositions patronales de "broutilles insuffisantes" : "Les travailleurs en ont plus qu'assez", commente le front commun.
?
Les cinq secrétaires généraux seront reçus vendredi, à 10 h, par Inge Vervotte, ministre en charge des Entreprises publiques. "Nous lui exposerons la situation mais nous ne nous faisons pas d'illusions, d'autant que le gouvernement est en affaires courantes", indique à ce propos André Blaise (CSC).
?
Une rencontre avec le patron de Bpost est par ailleurs prévue mardi prochain, le temps pour chacun de tirer les enseignements de la grève générale de vendredi.
? Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires