Bosch met fin à ses activités photovoltaïques, 3.000 emplois menacés

22/03/13 à 17:11 - Mise à jour à 17:11

Source: Trends-Tendances

Le groupe industriel allemand Bosch a annoncé vendredi qu'il mettait fin à ses activités dans le photovoltaïque et comptait vendre ou fermer toutes ses unités.

Bosch met fin à ses activités photovoltaïques, 3.000 emplois menacés

© Thinkstock

"L'usine de modules de Vénissieux sera vendue. Le projet de production en Malaisie sera abandonné. Bosch prévoit de vendre ses parts dans Aleo Solar", a déclaré le groupe dans un communiqué.

En revanche, les activités de développement concernant la technologie des couches minces, assurées par la société CISTech GmbH, située à Brandebourg-sur-la-Havel en Allemagne, seront maintenues.

Bosch évoque le manque de compétitivité du groupe dans cette activité pour laquelle il emploie quelques 3.000 personnes.

"Malgré les efforts conjoints des salariés et de la direction, cette activité a généré des pertes d'environ un milliard d'euros en 2012 pour le groupe", explique-t-il.

"Nous avons conscience que c'est un mauvais moment pour les salariés. Nous allons, avec les représentants des salariés, tenter de trouver des solutions acceptables", a déclaré le patron de cette branche, Stefan Hartung, cité dans le communiqué.

Comme tous les fabricants européens de modules photovoltaïques, Bosch souffre d'une intense compétition sur les prix, conséquence de la concurrence accrue de producteurs notamment chinois et de la baisse des subventions dans plusieurs pays européens.

Bosch s'est retiré en novembre dernier du projet géant d'énergie solaire en Afrique du Nord et au Moyen-Orient Desertec, et en janvier la direction du groupe a fait savoir qu'elle étudiait "toutes les possibilités envisageables" quant à l'avenir de ce segment.

L'ancien patron Franz Fehrenbach avait déjà par le passé publiquement évoqué un désengagement total.

Un autre allemand, Siemens, a lui aussi tourné cette page en octobre dernier en cédant toutes ces activités solaires. Plusieurs acteurs du secteur ont en outre dû mettre la clé sous la porte l'an dernier dans le pays.

En savoir plus sur:

Nos partenaires