Bientôt une nouvelle compagnie low cost dans le ciel français ?

13/10/14 à 11:33 - Mise à jour à 15:26

Source: L'express

Pour "forcer" quelque peu la main aux pilotes, qui refusent toujours actuellement de signer les propositions de la direction, Alexandre de Juniac, le PDG d'Air France-KLM, menace de créer une compagnie soeur de Transavia.

Bientôt une nouvelle compagnie low cost dans le ciel français ?

Alexandre de Juniac, PDG d'Air France-KLM © Reuters

La grève est finie depuis deux semaines, mais les tensions sont toujours palpables entre la direction et les pilotes d'Air France. Ainsi, le patron de la compagnie aérienne française, Alexandre de Juniac, envisage de mettre sur pieds une nouvelle compagnie aérienne low cost. "Nous créerons une compagnie soeur de Transavia, Transavia Développement, en France, pour nous développer dans l'activité à petits prix, avec les nouveaux avions qui arrivent dans les mois qui viennent", a-t-il déclaré dans une interview au JDD.

Selon des propos rapportés par l'Expansion.com, pour Alexandre de Juniac, le marché du low cost est "le seul marché en croissance" du secteur de l'aviation. "En Europe, le low cost représente aujourd'hui près de 50% du trafic. Sur le segment des prix bas avec un service de qualité, Transavia peut devenir un des grands d'Europe", a-t-il affirmé.

Il faut dire que cette grève des pilotes a laissé un goût très amer à la direction française... Outre le coût de cet arrêt de travail, la compagnie aérienne parle de 500 millions d'euros, la grève a fait reculer d'un an, au moins, l'espoir d'Alexandre de Juniac de voir sa société en positif. "Cette grève nous a fait perdre un an. Air France aurait dû être dans le vert cette année", précise-t-il, tout en assurant que la compagnie va "continuer à investir massivement" mais qu'il faudra "prendre en compte le coût de la grève".

Pour rappel, les pilotes d'Air France avaient arrêté le travail du 15 au 28 septembre dernier pour s'opposer à un projet de développement de la filiale Transavia France, la filiale low cost d'Air France. Ils revendiquaient un contrat unique tant pour les pilotes d'Air France et que pour ceux de Transavia, de peur de voir fondre leurs avantages au profit du statut Transavia, moins généreux.

Nos partenaires