Belgacom: "Nous ne voulions pas communiquer avant la fin du nettoyage des serveurs"

16/09/13 à 14:13 - Mise à jour à 14:13

Source: Trends-Tendances

"Nous ne voulions pas communiquer sur cette intrusion dans notre système informatique interne avant que tous nos serveurs ne soient complètement nettoyés", une opération qui a eu lieu ce week-end après plusieurs semaines de préparation, a affirmé l'administrateur délégué de Belgacom, Didier Bellens, au cours d'une conférence de presse à laquelle participait également le ministre des Entreprises publiques, Jean-Pascal Labille.

Belgacom: "Nous ne voulions pas communiquer avant la fin du nettoyage des serveurs"

© Image Globe

Lundi matin, l'opérateur a confirmé, dans un communiqué, avoir été victime d'un hacking. Quelques dizaines de machines - sur les 25.000 qui sont reliées au système informatique interne de Belgacom - auraient été infectées. "Lors des contrôles que nous menons régulièrement, nous avons trouvé des traces d'intrusion numérique dans notre système informatique interne. Nous avons suivi la procédure et immédiatement prévenu le parquet fédéral", a détaillé Didier Bellens. Plainte a ainsi été déposée par Belgacom le 19 juillet dernier et le parquet fédéral a ouvert une information judiciaire à charge d'inconnu(s) pour hacking au préjudice de l'opérateur. Le parquet a également prévenu le gouvernement, "comme le prévoit la procédure judiciaire", a encore indiqué M. Bellens.

"Nous avons pris connaissance de la plainte et nous prenons la chose très au sérieux", a de son côté commenté Jean-Pascal Labille. "Notre priorité, c'est désormais de s'assurer que la justice puisse mener tous les actes nécessaires afin d'identifier les auteurs de cette intrusion", a poursuivi le ministre. "Dès que ce sera le cas, le gouvernement entreprendra les démarches adéquates avec la plus grande fermeté", a-t-il averti. Dans un communiqué publié plus tôt dans la journée, le parquet fédéral avait admis s'orienter "vers une opération d'espionnage étatique" et plusieurs médias ont cité la NSA, l'agence nationale de sécurité américaine. "Laissons la justice faire son travail", a plaidé à ce propos M. Labille, sans autres commentaires.

Quoi qu'il en soit, l'intrusion n'a eu "aucun impact sur les données de nos clients et la continuité de nos services n'a pas été compromise", a encore assuré Didier Bellens. "Nous avons détecté le problème, nous avons remis de l'ordre dans notre système et nous avons pris des mesures de sécurité complémentaires", a-t-il conclu en répétant que pour Belgacom, "la protection des clients et de leurs données est prioritaire".

En savoir plus sur:

Nos partenaires