Aviation : les 2 trous d'air qui gâchent le ballet aérien

03/06/11 à 10:12 - Mise à jour à 10:12

Source: Trends-Tendances

Le trafic aérien a crû de 16,5 % sur un an, emmené par les compagnies européennes et latino-américaines. Malheureusement, deux points gâchent la fête du secteur : la volatilité de la demande et les prix élevés des carburants aériens.

Aviation : les 2 trous d'air qui gâchent le ballet aérien

© Thinkstock

Le trafic aérien mondial a retrouvé ses niveaux d'avant la crise de 2008 mais le prix élevé du carburant et d'autres facteurs pourraient handicaper le redressement, a déclaré jeudi l'Association internationale du transport aérien (Iata).

"Les profits ont été resserrés par la succession de crises et de chocs qui ont marqué les quatre premiers mois de cette année", a déclaré Giovanni Bisignani, PDG et directeur général de l'organisme, basé à Genève.

Le rapport mensuel de l'Iata indique le trafic aérien a crû de 16,5 % sur un an, emmené par les compagnies européennes et latino-américaines. Les transporteurs européens ont été en tête en avril avec un pic de hausse de 29,3 %, suivis par les latino-américains (+ 25,9 %).

En Asie-Pacifique, le trafic a augmenté de 5,1 %, favorisé par une demande soutenue en Chine et en Inde. Le séisme et le tsunami du 11 mars du Japon et la crise nucléaire qui s'en est suivie ont réduit la croissance de cette zone, les passagers refusant de se rendre dans ces endroits habituellement prisés.

L'Iata note aussi que les violences au Proche-Orient et en Afrique du Nord ont eu un impact négatif sur les voyages. La Tunisie et l'Egypte - des destinations touristiques - ont connu des révolutions pendant que d'autres pays de la région étaient secoués par des troubles.

"En faisant abstraction de ces distorsions, on progresse de 3 % à 4 %, a déclaré Giovanni Bisignani dans un communiqué publié à Singapour. Le trafic international est à présent à 7 % au-dessus des niveaux du début de la crise de 2008. Malheureusement, deux points gâchent la fête : la volatilité de la demande et les prix élevés des carburants aériens."

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires