Aviapartner éjecté de Brussels Airport : "Incompréhensible !"

08/06/11 à 16:53 - Mise à jour à 16:53

Source: Trends-Tendances

Aviapartner a perdu sa licence à l'aéroport de Bruxelles pour les sept ans à venir, au profit du géant mondial Swissport. C'est la consternation au sein du personnel de l'entreprise belge, qui occupe quelque 1.800 personnes à Brussels Airport.

Aviapartner éjecté de Brussels Airport : "Incompréhensible !"

© Image Globe/Herwig Vergult

La société belge de manutention Aviapartner a perdu sa licence à Brussels Aiport pour les sept prochaines années. Cette licence a été attribuée à Swissport, la plus grande entreprise mondiale du secteur, a-t-on appris de source syndicale. Flightcare, second opérateur présent à l'aéroport, garde sa licence, a décidé mercredi Brussels Airport Company (BAC), exploitant de l'aéroport.

De 1.700 à 1.800 personnes travaillent pour Aviapartner à Zaventem et un millier d'entre eux pourraient perdre leur emploi à la suite de la perte de cette licence. La question majeure pour les travailleurs est de savoir combien de personnes seront reprises par Swissport. Le cahier des charges défini lors de l'octroi des licences prévoit que les travailleurs repris bénéficient des mêmes conditions salariales en vertu de la CCT 32bis.

Les syndicats ont réagi avec surprise car ils pensaient que Flightcare, qui fait partie d'un groupe espagnol, perdrait sa licence. "Je ne m'y attendais pas car Aviapartner est vu socialement comme un des plus importants opérateurs de l'aéroport, a précisé Thierry Vuchelen (CGSLB). C'est une catastrophe pour le personnel concerné."

Brussels Airport confirme que Flightcare et Swissport obtiennent les licences

The Brussels Airport Company a confirmé l'octroi des licences pour la manutention aéroportuaire, du 1er novembre 2011 au 31 octobre 2018, à Flightcare et Swissport (aussi bien pour le trafic passagers que fret). Aviapartner a donc bien perdu sa licence.

LSG Sky Chefs Belgium et Gate Gourmet Belgium conservent quant à eux leur licence pour le catering.

Flightcare est une filiale du groupe espagnol FCC, présent dans plusieurs pays et qui a traité, en 2010, 140.000 tonnes de fret et 10 millions de passagers. A l'aéroport de Bruxelles, Flightcare emploie 1.520 personnes.

Swissport International Ltd emploie, lui, 34.000 personnes dans le monde dans 185 aéroports répartis dans 36 pays. Chaque année, Swissport traite 3,2 millions de tonnes de fret et environ 100 millions de passagers. L'entreprise a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 1,3 milliard d'euros en 2010.

Pour l'octroi de ces nouvelles licences, BAC a tenu compte de critères comme la fiabilité de l'entreprise, la capacité financière et économique, le mode de fonctionnement, le positionnement des prix, l'organisation et le business plan. Cinq candidats avaient été sélectionnés : Flightcare, Aviapartner, Swissport, Menzies (GB) et Celebi (Turquie).

Aviapartner perd sa licence : "Des actions du personnel sont probables", prévient la FGTB

"Cette décision est incompréhensible, notamment parce que la qualité de la prestation de service (d'Aviapartner) ne faisait l'objet d'aucune plainte, dénonce de son côté la FGTB dans un communiqué. Il s'agit d'un coup dur imprévu. L'entreprise et les travailleurs s'attendaient bien éventuellement à quelques glissements, mais pas à la perte de l'ensemble de leurs missions."

Swissport sera à l'avenir le nouveau manutentionnaire aux côtés de Flightcare. "Etonnant, car cette entreprise n'a aucune expérience en manutention des bagages sur le tarmac", indique encore le syndicat.

Pour la FGTB, "c'est surtout l'emploi qui importe à présent. Quelle que soit l'issue, nous voulons la garantie que l'emploi des travailleurs actuels soit également assuré à long terme et à des conditions de travail et de rémunération identiques. Ce dernier aspect n'est pas non plus sans importance, car Swissport n'a pas d'expérience en matière de manutention de bagages sur le tarmac... Pour les ouvriers qui y assurent le travail dans des circonstances difficiles, cet aspect est vraiment essentiel."

Les syndicats se concertent actuellement avec BAC : "Nous attendons de la part de cette dernière de la transparence dans les critères qui ont été déterminants dans son choix. Des actions du personnel sont probables."

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires