Areva: 5 à 6.000 emplois supprimés dans le monde

07/05/15 à 11:35 - Mise à jour à 11:35

Source: Belga

Le géant français du nucléaire Areva, en difficulté, a annoncé jeudi qu'il allait supprimer 5 à 6.000 emplois dans le monde, dont 3 à 4.000 en France, dans le cadre d'un plan de réduction des frais de personnels.

Areva: 5 à 6.000 emplois supprimés dans le monde

Areva. © AFP

"Areva vise une réduction de ses frais de personnel de l'ordre de 15% en France et de 18% au total au niveau mondial", a indiqué le groupe dans un communiqué en début de matinée.

Ce plan de réduction devrait se traduire par 5.000 à 6.000 suppressions de postes dans le monde, a ensuite précisé le directeur des ressources humaines du groupe François Nogué lors d'une réunion avec la presse. L'effort sera supporté principalement par les fonctions "support, corporate et siège", c'est à dire les postes administratifs et autres fonctions centrales, afin de préserver les compétences du groupe dans les activités nucléaires, a-t-il ajouté.

Les coûts en personnels du spécialiste du nucléaire atteignent aujourd'hui 3,5 milliards à 4 milliards d'euros, un niveau que le géant du nucléaire estime ne plus être soutenable par rapport aux 8 milliards de chiffre d'affaires du groupe, a souligné le dirigeant.

Le groupe emploie actuellement 45.000 personnes dans le monde, dont environ 30.000 en France.

Le spécialiste de l'atome, détenu à près de 87% par des capitaux publics, a accusé une perte nette de près de 5 milliards d'euros l'an dernier. Il a annoncé début mars un plan d'économies de 1 milliard d'euros d'ici 2017.

Outre le volet social, il reposera également sur l'amélioration de la politique d'achats et de la productivité.

Le directeur général d'Areva, Philippe Knoche a répété à plusieurs reprises que le groupe ferait tout pour que, s'il devait y avoir des départs, ils se fassent sur la base du volontariat.

Areva avait déjà prévu de tailler dans ses effectifs en Allemagne, avec 1.500 postes supprimés d'ici 2017, et a aussi licencié 170 salariés au Niger sur sa mine d'uranium d'Imouraren (Nord), dont le chantier est suspendu depuis août. En Belgique, Areva dispose notamment d'un bureau à Bruxelles et compte une filiale - FBFC International - à Dessel.

Nos partenaires