ArcelorMittal : le grand retour de la séquestration ?

08/03/11 à 20:02 - Mise à jour à 20:02

Source: Trends-Tendances

La direction d'ArcelorMittal Liège dit avoir été "séquestrée" durant sept heures mardi. Du côté des syndicats, on refuse d'utiliser ce terme : "Nous sommes là pour forcer une négociation qui était convenue avec la direction, avant qu'elle n'annule la rencontre. Ils peuvent sortir, ils n'ont même pas essayé !"

ArcelorMittal : le grand retour de la séquestration ?

© Belga

La direction d'ArcelorMittal déplore l'action des syndicats qui ont bloqué ses bureaux durant quelques heures, mardi, à Flémalle. Elle parle de "séquestration", pratique "inacceptable, contraire aux valeurs démocratiques et au respect de la personne humaine".

Le directeur général, le directeur des ressources humaines et le porte-parole ont été empêchés de quitter le bâtiment pendant sept heures, entre 11 h 30 et 18 h 30, par une vingtaine de représentants syndicaux.

"Nous sommes retenus contre notre gré", déclarait Etienne Botton, porte-parole d'ArcelorMittal Liège, avant que les syndicalistes quittent les lieux. Nous avons des procédures : nous ne pouvons pas négocier sous la contrainte ou la menace."

Syndicats d'ArcelorMittal : "Nous sommes là pour forcer une négociation qui était convenue avec la direction !"

Des actions sont menées depuis la semaine dernière par les syndicats, qui revendiquent, selon la direction, une augmentation salariale de 5 % pour les 45 travailleurs du département de l'énergie.

"C'est une demande irréaliste mais on était prêt à avoir un dialogue raisonné", assure la direction.

Du côté des syndicats, on refuse de parler de séquestration : "Nous sommes là pour forcer une négociation qui était convenue avec la direction, avant qu'elle n'annule la rencontre, souligne David Camerini, président de la délégation CSC-Métal. Ils peuvent sortir, ils n'ont même pas essayé. Refuser la concertation sociale est inacceptable."

Pour prouver leur bonne foi, les représentants syndicaux ont quitté le bâtiment vers 18 h 30. Une assemblée des travailleurs est prévue aujourd'hui mercredi à 14 h. Un arrêt de travail pourrait suivre.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires