ArcelorMittal : la réunion de la dernière chance pour sauver 2.000 emplois

20/09/12 à 08:54 - Mise à jour à 08:54

Source: Trends-Tendances

Une réunion de conciliation réunira ce jeudi à 9H30 à Seraing la direction d'ArcelorMittal et les organisations syndicales sous l'égide du conciliateur social, Michel Preud'homme.

ArcelorMittal : la réunion de la dernière chance pour sauver 2.000 emplois

© BELGA

Son but est de remettre les parties autour de la table après l'échec des négociations sur la procédure Renault dimanche soir. Il s'agira sans doute de la réunion de la dernière chance, qui pourrait sauver la phase à froid liégeoise. A la suite de l'annonce de la fermeture de la phase à chaud, la procédure Renault a été mise sur pied. "Celle qui est en cours est la plus longue de l'histoire belge", a précisé la direction mercredi dans un courrier interne adressé aux travailleurs.

Lors de la dernière négociation, la direction a proposé un 7e projet d'accord et posé un ultimatum aux syndicats. Elle leur a demandé de clôturer les négociations sociales et industrielles pour le 31 octobre 2012, tout en s'engageant à ne pas introduire de recours.

La FGTB et le SETCa ont refusé de signer cette proposition, tandis que la CSC et la CNE se disaient prêtes à signer "à contre-coeur".

2000 emplois menacés

Face à cet échec, la direction a annoncé lundi le gel des commandes de fer blanc et le retrait du plan d'investissement de 138 millions d'euros pour le froid, menaçant ainsi quelque 2.000 emplois.

Un conciliateur a été désigné par la ministre de l'Emploi, Monica De Coninck. Une telle conciliation nationale, qui réunit les représentants nationaux des syndicats ainsi que les patrons d'ArcelorMittal, avait été organisée dans le cadre du conflit à Kessales en 2002.

La direction a fait savoir hier dans une communication qu'elle se rendrait à la réunion mais qu'elle ne voyait pas "à ce stade comment on pourrait concilier les positions de la direction et des syndicats". Elle a en outre fait savoir qu'une position syndicale unanime en faveur du plan ne signifierait pas nécessairement un revirement dans son chef.

Dans la foulée de cette réunion, tant la direction que les syndicats pourraient rencontrer les ministres du kern wallon, notamment le ministre de l'Economie, Jean-Claude Marcourt. Cette réunion pourrait avoir lieu ce jeudi ou vendredi, selon la durée de la conciliation.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires