ArcelorMittal a-t-il menti à ses salariés ?

12/10/11 à 20:32 - Mise à jour à 20:32

Source: Trends-Tendances

Certains syndicats d'ArcelorMittal dénoncent les mensonges et l'hypocrisie de la direction d'ArcelorMittal, qui a fait avaler nombre de couleuvres à ses ouvriers... pour finalement fermer la phase à chaud. Un avis partagé par Ecolo.

ArcelorMittal a-t-il menti à ses salariés ?

© Bloomberg

La fermeture de la phase à chaud d'ArcelorMittal Liège a été accueillie avec colère par les représentants des travailleurs, qui qualifient les membres de la direction "d'hypocrites et de menteurs". "C'est une véritable hypocrisie dans le chef de la direction, ils savent depuis longtemps que l'outil est condamné et ils nous mènent en bateau : c'est scandaleux !", a commenté Francis Gomez, leader des métallos de la FGTB.

"Les travailleurs ont accepté depuis 2008 des mesures en matière de flexibilité, de transferts, de gels de salaires; ils ont dit oui à tout et ça n'a pas suffit", a pour sa part dénoncé Jordan Atanasov (CSC), faisant part de sa "frustration" et de sa "colère". Il estime que tous les travailleurs du bassin liégeois ont été bernés par la direction.

Les représentants syndicaux se sentent d'autant plus floués que mardi, à la suite d'un mouvement de grève mené dans le bassin liégeois pendant une semaine, la direction a eu un geste fort pour mettre fin au conflit social. "Elle a réengagé les 21 travailleurs qui avaient été licenciés, a souligné Francis Gomez. Mardi, je le répète, elle a engagé des gens qui vont de nouveau être licenciés !"

La mesure de fermeture des outils concerne quelque 350 travailleurs directs et 250 sous-traitants qui étaient indispensables au fonctionnement des outils. "Mais si l'on compte les emplois moins directs, on est à plus de mille personnes", a encore estimé Francis Gomez.

La phase à froid d'ArcelorMittal Liège, prochaine sur la liste ?

L'ensemble des sites liégeois d'ArcelorMittal comptent 3.000 travailleurs. Le "froid" n'est pas concerné actuellement. Mais les syndicats nourrissent peu d'espoirs quant à sa survie : "Nous craignons évidemment que la fermeture soit plus large que ce qui est annoncé aujourd'hui et que d'autres nouvelles nous parviennent dans les prochains mois", a remarqué Jordan Atanasov.

"Outre le drame social que représenterait cette fermeture, ce sont des pans entiers de recherche et de développement dans les secteurs verts qui risquent de disparaître", regrettent les représentants liégeois du parti Ecolo, qui craignent eux aussi "des conséquences extrêmement graves à terme pour la phase à froid".

Les Verts dénoncent la stratégie de la haute direction d'ArcelorMittal, dont le seul objectif a été "le maintien de ses profits à court terme, quelles que soient les conséquences pour l'emploi". Ecolo assure qu'il veillera à ce que le gouvernement wallon prenne toutes les mesures pour venir en aide aux travailleurs et à leurs familles le plus rapidement possible.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires