AGC Glass Europe veut fermer son usine d'Athus: 85 emplois menacés

04/03/15 à 18:14 - Mise à jour à 19:56

Source: Belga

AGC Glass Europe a annoncé, mercredi, lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire, son intention de fermer l'usine d'Athus et de procéder à un licenciement collectif.

AGC Glass Europe veut fermer son usine d'Athus: 85 emplois menacés

/ © Belga

"Spécialisée dans la fabrication de verres feuilletés pour le marché de la construction, l'usine d'Athus est confrontée à des handicaps de compétitivité rédhibitoires", indique AGC dans un communiqué.

L'activité de fabrication de verres feuilletés pourrait être relocalisée dans l'usine de production de verre (float) de Moustier, précise encore AGC.

Selon l'entreprise, l'usine d'Athus souffre "à la fois de son manque d'intégration industrielle et de sa position excentrée par rapport à son marché".

L'usine d'Athus emploie à ce jour 85 personnes. Un plan de licenciement et les mesures d'accompagnement devraient être discutés avec le conseil d'entreprise et les organisations syndicales.

Un manque de motivation est à prévoir, selon les syndicats

Un manque de motivation risque d'exister dans le chef du personnel d'AGC à Athus (province de Luxembourg), d'ici la fermeture du site, ont averti mercredi les syndicats.

"L'activité sera maintenue jusqu'en juin 2016, mais avec toute la difficulté de maintenir un personnel motivé à faire tourner l'outil alors qu'il sait qu'il va perdre son emploi", souligne Thibault Poncée, représentant permanent CSC.

Les premiers licenciements interviendront début 2016. L'activité sera, elle, redirigée vers le site de Moustier (province de Namur).

Les possibilités de reclassement du personnel sur le site de Moustier, même si cette question n'a pas encore été discutée, semblent difficile à mettre en oeuvre. "Une grande majorité du personnel est frontalière. On imagine donc difficilement quelqu'un faire 170 km pour aller travailler", ajoute le représentant syndical.

Une première rencontre avec la direction a été fixée au 12 mars dans le cadre de la procédure Renault. D'ici là, l'usine est à l'arrêt jusqu'à dimanche soir.

Selon la direction, l'usine d'Athus souffre "à la fois de son manque d'intégration industrielle et de sa position excentrée par rapport à son marché".

En savoir plus sur:

Nos partenaires