Affaire Adecco : le PTB répond aux sociétés incriminées

17/06/11 à 16:16 - Mise à jour à 16:16

Source: Trends-Tendances

Delhaize, Electrabel, AB InBev et C&A se sont dites "étonnées" d'être mentionnées sur la liste, publiée par le PTB, des entreprises qui auraient exigé des intérimaires "Blanc Bleu Belge" à Adecco ? Le parti de gauche leur répond... sur le même mode.

Affaire Adecco : le PTB répond aux sociétés incriminées

Delhaize, Electrabel, AB InBev et C&A ont réagi jeudi "avec surprise" à la publication de la liste des entreprises qui auraient commandé des travailleurs "BBB" à Adecco, diffusée par le PTB sur son site Internet mercredi.

"La liste publiée est le résultat de la saisie opérée, en 2001, par les enquêteurs des ordinateurs d'Adecco, a précisé le PTB suite à ces réactions. La liste concerne des succursales bruxelloises de firmes, souvent bien connues au niveau international. Il en ressort que ces succursales auraient fait appel à Adecco avec des exigences discriminatoires quant aux intérimaires qu'elles désiraient embaucher."

Le Parti des travailleurs de Belgique précise également qu'en janvier 2009, les sociétés reprises sur la liste ont reçu un courrier du Centre pour l'égalité des chances, leur rappelant la loi interdisant les discriminations. "Il est donc étonnant que ces sociétés soient aujourd'hui étonnées", estime le parti.

"Il est particulièrement regrettable que l'enquête à charge d'Adecco n'ait pas été jusqu'au bout et que les enquêteurs n'aient pas poursuivi leur enquête sur les entreprises donneuses d'ordre des discriminations pratiquées par Adecco, déplore Peter Mertens, président du PTB, cité dans le nouveau communiqué. Cette enquête aurait permis de faire toute la lumière sur la réalité des agissements reprochés à ces entreprises."

Les révélations quant à l'"affaire Adecco" ont relancé le débat sur les discriminations à l'embauche "qui sont un phénomène massif et toujours actuel, démontrée par de nombreuses études", se réjouit cependant le PTB.

"Ces discriminations privent d'un accès égal à l'emploi de nombreuses personnes, estime enfin Peter Mertens. Il est temps d'agir. On ne peut pas se contenter de déclarations d'intentions actuelles des entreprises. Les autorités judiciaires doivent faire de la lutte contre les discriminations à l'embauche une priorité. D'autre part, des tests pratiques pour un vrai-faux candidat à l'emploi (mystery shopper) devraient pouvoir être organisés par les autorités judiciaires afin de pouvoir établir les discriminations."

Trends.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires