Actions contre le budget: l'Unizo condamne une "dangereuse prise en otage"

03/05/16 à 20:59 - Mise à jour à 20:59

Source: Belga

(Belga) Le CEO de l'Unizo, Karel Van Eetvelt, réagit particulièrement violemment au plan d'action des syndicats, qui comprend des grèves et manifestations nationales. "Une déclaration de guerre", une "prise d'otage", "des manières de terroristes", "dangereux", tels sont les mots utilisés par le patron de l'union des entrepreneurs indépendants.

Actions contre le budget: l'Unizo condamne une "dangereuse prise en otage"

Actions contre le budget: l'Unizo condamne une "dangereuse prise en otage" © BELGA

M. Van Eetvelt considère que les actions syndicales sont "affligeantes". Cela montre, selon lui, que "la concertation sociale n'est valable pour eux que s'ils peuvent distribuer l'argent des autres". Le directeur de l'Unizo est surtout en colère à propos des grèves nationales. "On prend de nouveau en otage les entreprises et les citoyens. C'est une déclaration de guerre claire". Pour Karel Van Eetvelt, il ne s'agit que de pures actions politiques des syndicats, mis sous pression par un gouvernement élu démocratiquement. "C'est une évolution dangereuse. La démocratie les intéresse seulement quand ça les arrange". Karel Van Eetvelt désigne les grèves comme des prises d'otage. "Ce sont des manières utilisées par les terroristes". Il déplore que les syndicats utilisent la "force brutale" et est préoccupé par le "langage incendiaire" utilisé par les syndicats flamands socialiste (ABVV) et chrétien (ACV). En ce qui concerne Unizo, la concertation sociale est actuellement morte. "Les syndicats ont creusé une tombe de première classe. Avec des preneurs d'otage, vous ne pouvez tout de même pas négocier". M. Van Eetvelt espère que les syndicats retrouveront la raison. (Belga)

Nos partenaires