4tech, la société qui compte révolutionner la chirurgie cardiaque

26/06/15 à 11:21 - Mise à jour à 11:20

Cofondée et dirigée par une Belge, la société 4Tech compte révolutionner la chirurgie cardiaque d'ici deux ou trois ans. Elle procède à une nouvelle levée de fonds pour financer les essais cliniques.

4tech, la société qui compte révolutionner la chirurgie cardiaque

© iStock

La déficience d'une valve cardiaque peut, depuis 2008, se traiter par voie transcathétère, c'est-à-dire par introduction d'un matériel réparateur dans la veine cave. Une opération presque bénigne, rapide et ne nécessitant pas de longue convalescence, à l'inverse de l'opération à coeur ouvert qui était naguère de mise. Cette solution mini-invasive vaut toutefois pour la valve aortique, dans la partie gauche du coeur, mais pas encore pour la valve tricuspide, dans la partie droite. Une lacune bientôt comblée par la société 4Tech, dont deux des quatre fondateurs sont belges : Hugo Vanermen, qui fut pendant 35 ans à la tête du fort réputé département de chirurgie cardiaque de l'hôpital d'Alost, et Carine Schorochoff, qui a travaillé une dizaine d'années chez un des leaders mondiaux des techniques médicales, en particulier cardiaques, et y a lancé la première valve transcathétère.

Le pari est en bonne voie, sans être encore gagné. Après quatre ans de mise au point, la première étude sur être humain a été approuvée en 2013, par les autorités françaises et italiennes, et trois patients ont à ce jour atteint un suivi de six mois après avoir bénéficié du procédé TriCinch breveté par 4Tech.

Aux Etats-Unis et en Europe, quelque trois millions de personnes souffrent d'une valve tricuspide déficiente, dont les conséquences les condamnent à une lourde médication et à des séjours réguliers en hôpital. Une opération chirurgicale classique est rarement envisagée en raison de sa dangerosité : 37 %des patients n'y survivent pas ! Appliquer la technique TriCinch devrait coûter moins cher que le traitement actuel d'un patient pendant un an, ce qui représentera donc une économie considérable pour la collectivité.

Fondée en 2010, 4Tech a bénéficié l'année suivante de l'appui de business angels européens et, en 2012, de celui de fonds de venture capital, dont les américains Invus et OXO Capital. Aux 12 millions d'euros investis jusqu'ici devraient s'ajouter 15 millions supplémentaires pour conduire l'entreprise jusqu'au stade opérationnel, attendu pour 2017. Les fonds américains suivront et, pour le reste, la société s'ouvrira aux particuliers. Non en direct, mais par le biais fort classique des banquiers privés, que ses dirigeants visitent en ce moment.

Enregistrée aux Etats-Unis avec une recherche implantée en Irlande, la société compte prochainement établir en Belgique une structure clinique, pour l'examen des résultats et l'élaboration des protocoles. 4Tech deviendra-t-il le leader du traitement de la valve tricuspide sur un marché qui pourrait atteindre 1,5 milliard de dollars en 2022 ? Sans doute, mais probablement après rachat par un géant tel que Boston Scientific ou Medtronic. C'est généralement ainsi que les choses se passent et telle est sans nul doute l'ambition de Carine Schorochoff et Hugo Vanermen.

En savoir plus sur:

Nos partenaires