3154 faillites d'entreprises au premier trimestre, près de 7000 emplois perdus

08/04/13 à 13:48 - Mise à jour à 13:48

Source: Trends-Tendances

Trois mille cent cinquante-quatre entreprises ont fait faillite au premier trimestre, soit une hausse de 16,8% par rapport à la même période l'an dernier. Près de 7.000 (6.932, +13,3%) emplois ont été perdus à la suite de ces faillites.

3154 faillites d'entreprises au premier trimestre, près de 7000 emplois perdus

© Thinkstock

Il s'agit de la hausse la plus importante depuis le premier trimestre 2009, relève lundi le bureau d'informations commerciales Graydon. Près de 7.000 (6.932, +13,3%) emplois ont été perdus à la suite de ces faillites. En mars, 1.099 sociétés ont déposé le bilan, une hausse de 10%. Depuis dix mois, le record mensuel est chaque fois battu. En 2012, seuls mars et mai avaient été des mois records.

Jusqu'il y a peu, la hausse du nombre de faillites était surtout perceptible en Flandre, explique Graydon. Mais les autres Régions en font désormais également les frais. Ainsi, au premier trimestre, la hausse est de 19% pour la Wallonie, de 25% pour Bruxelles et de 10% pour la Flandre. Pour Graydon, il s'agit d'une évolution typique. Les faillites se manifestent en effet d'abord au nord du pays car les entreprises y sont plus soumises à la tendance internationale.

Toutefois, à Bruxelles, l'aspect international est double car de plus en plus de filiales de groupes internationaux y ferment leurs portes. En outre, il y a proportionnellement plus de faillites dans la capitale: une sur 198 sociétés actives, contre une sur 329 et une sur 436 sociétés pour la Wallonie et la Flandre.

La construction, le commerce de détail et la prestation de services sont les secteurs les plus lourdement touchés.

Graydon évoque une "nouvelle vague de faillites", qui vient s'ajouter à la "vague de faillites qui s'est développée à partir de 2008". Après les secteurs qui touchent directement le consommateur, comme la construction ou la rénovation, puis les fournisseurs, c'est maintenant au tour de l'industrie d'être touchée de plein fouet.

En savoir plus sur:

Nos partenaires