"16.000 emplois" perdus à cause des achats transfrontaliers

30/01/18 à 07:34 - Mise à jour à 09:36

Source: Belga

Selon Dominique Michel, le patron de Comeos (la fédération du commerce et des services en Belgique), les achats transfrontaliers, réalisés par des Belges dans un pays limitrophe, connaissent depuis 2009 une hausse annuelle moyenne de 3,2 %.

"16.000 emplois" perdus à cause des achats transfrontaliers

© Image Globe

Une croissance "constante" qui a pris des dimensions problématiques, si on la compare "avec le chiffre d'affaires du secteur en Belgique qui a connu une moyenne de 0,1 % annuel de croissance sur la même période", apparait-il dans un entretien publié mardi par La Libre Belgique.

"En 2016, ce chiffre représentait 2,7 milliards d'euros qui ont passé la frontière (hors e-commerce, NLDR)", dont 861 millions en achats de produits alimentaires et de base. "Cela représente 16.000 emplois perdus pour notre pays", développe-t-il.

Pour Dominique Michel, les restructurations chez Carrefour ne sont ainsi pas étonnantes. "Les commerçants sont face au mur dans notre pays", indique-t-il. "En 2016, le chiffre d'affaires dans le domaine alimentaire était en baisse en Belgique, alors que dans les pays voisins il est en hausse. (...) Notre système protège les commerçants de certains aspects négatifs, mais on est aussi englué dans nos protections".

Paradoxalement, le secteur de la grande distribution ne cesse de créer des emplois: "2.000 emplois nets chaque année".

Une donnée globalement appuyée mardi par le journal L'Echo, qui a compilé les chiffres de l'ONSS. De 2014 à 2016, 2.689 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans la grande distribution alimentaire ou partiellement alimentaire, rapporte le quotidien. Si on inclut la grande distribution hors alimentation (Brico, Inno, etc.), la progression est de 6.848 emplois.

Nos partenaires