Un entretien de coaching pour tous les jours

28/11/11 à 11:08 - Mise à jour à 11:08

Source: Trends-Tendances

Il n'est pas nécessaire d'attendre les entretiens de fonctionnement pour avoir une petite conversation de coaching avec un collaborateur. Mais cela n'implique pas non plus que vous donniez systématiquement des conseils ou indications, il suffit de poser les bonnes questions.

Observation versus interprétation. Notre observation est colorée par nos interprétations. En tant que coach, il est important de poser des questions qui ramènent l'autre à l'expérience véritable et de susciter l'interprétation sur cette base.
Collaborateur : "Mon collègue ne me fait pas confiance."
Votre réaction : "Que fait-il exactement pour que vous ayez ce sentiment ?"
Et ensuite : "Quoi d'autre ce comportement pourrait-il signifier ?"

Avoir confiance dans les possibilités de l'autre. Coacher, c'est libérer du potentiel. En posant les bonnes questions, vous mettez l'autre en contact avec ses possibilités. Apporter votre propre solution pourrait être une occasion manquée pour l'autre et vous-même.
Exemple : un collègue a eu un client furieux en ligne et demande conseil.
Votre réaction : "Suppose que tu sois le client, qu'attendrais-tu de nous ?"
Ou : "Dernièrement, tu as bien résolu un conflit avec un collègue. Comment l'as-tu fait ?"
Une confrontation dans le respect. Un coach présente un miroir en restituant objectivement ce qu'il entend ou voit et en orientant l'attention de l'autre sur sa responsabilité.
Exemple : quelqu'un se plaint qu'il doit tout résoudre seul.
Votre réaction : "Comment gères-tu les idées et propositions des collègues ?"

Source : Kluwer Opleidingen

En savoir plus sur:

Nos partenaires