Survivre aux relations professionnelles envahissantes

02/04/12 à 11:23 - Mise à jour à 11:23

Source: Trends-Tendances

"Je n'ai pas le temps de déjeuner avec toi. Et si tu me rappelles dans trois mois, la réponse sera identique." Bien sûr, vous ne pourrez jamais avoir une telle franchise avec une relation envahissante. Il vous faut mettre les formes et trouver les bonnes parades pour que vos fans vous laissent respirer. Mais le succès attire le succès, c'est bien connu. Et même si vous ne vous vantez jamais de vos exploits, les petits malins devinent que vous êtes la personne intéressante à fréquenter, car cela peut rapporter gros. Alors comment vous en sortir ?

1-- Relativisez votre succès
Si vous vous faites piéger, c'est que vous avez encore besoin de signes de reconnaissance extérieurs. Prenez bien conscience que c'est votre succès dans les affaires qui attire à vous une multitude de consultants, banquiers, partenaires, futurs amis, voire fiancé(e) potentiel(e). N'oubliez pas que vous avez aussi vos propres objectifs de progression dans l'existence et... des personnes à solliciter qui, elles, ne sont pas impatientes de vous rencontrer.

2-- Oubliez la politesse élémentaire Vous recevez 300 e-mails par jour et 30 appels téléphoniques. A ce stade, vous n'avez pas le temps de répondre, même de manière négative. Moins vous serez réactif aux sollicitations, moins on pensera à vous les fois suivantes. C'est tout bénéfice !

3-- Mettez votre téléphone sur répondeur
A défaut d'une secrétaire pour servir de filtre, mettez vos téléphones portable et fixe au bureau sur répondeur. Cela vous permettra de mieux vous concentrer sur votre "vrai" boulot.

4-- Pas d'e-mail de plus de deux lignes Plutôt que rappeler les personnes qui vous intéressent, envoyez un e-mail sibyllin. Il ne doit jamais dépasser deux lignes afin que son destinataire se mette bien en tête que vous êtes hyper occupé.

5-- Gérez votre agenda à un mois
Proposez des dates de déjeuner à échéance d'un mois. Refusez les petits déjeuners et les dîners. On en déduira que vous ne voulez pas sacrifier votre vie privée sur l'autel de la réussite sociale. Et on vous enviera d'autant plus que vous, vous avez su préserver ce bel équilibre.

Source : L'entreprise

Nos partenaires