Rira bien qui rira au travail

15/11/11 à 16:05 - Mise à jour à 16:05

Source: Trends-Tendances

L'humour et la dérision sont d'excellents outils de management, notamment pour leur effet antistress.

Considéré comme nuisible pour la productivité des salariés, le rire était banni des bureaux. Dans son livre, Le Rire dans l'entreprise(1), Jawad Mejjad souligne que, "s'il est un endroit où, a priori, l'on ne s'attend pas à trouver une expression du rire, c'est bien l'entreprise. En effet, qui dit entreprise dit travail, production, efficacité." D'après ce docteur en sociologie, l'acceptation du rire est un phénomène récent qui s'est propagé durant le XXe siècle, et plus particulièrement ces dernières années. Le rire a été progressivement "recyclé" pour devenir un outil de management capable de resserrer les liens entre les salariés... et de leur permettre de lutter contre le stress.

Une solution contre les angoisses des salariés En Europe, 20 % des salariés estiment que leur santé est affectée par des problèmes de stress liés au travail. "Comment faites-vous pour résister au stress au bureau ?" a dès lors demandé le recruteur en ligne Monster à 2.100 salariés d'Europe du Sud, dont un millier de Français. Si les résultats diffèrent d'un pays à l'autre, un grand éclat de rire a constitué l'essentiel des réponses : 39 % des personnes interrogées disent qu'il faut "voir les choses avec humour et dérision" pour contrer les angoisses du travail. Selon Clémentine Dunne, fondatrice de l'association Coeur de rire, "l'éloge de la santé au travail a contribué au développement des ateliers du rire dans les entreprises".
La palme revient aux Italiens, qui considèrent à 46 % le rire comme la solution antistress. A noter que le Bureau des arts de l'ESC Dijon vient de lancer la première édition de The ESC LOL Tour, un festival d'humour qui se déroule jusqu'au 14 décembre sur les campus d'une dizaine d'écoles de management françaises.
(1) "Le Rire dans l'entreprise. Une analyse compréhensive du rire dans la société", L'Harmattan.

Source : L'Expansion

En savoir plus sur:

Nos partenaires