Le mythe du multitâches

25/05/10 à 10:28 - Mise à jour à 10:28

Source: Trends-Tendances

Dans son livre 'Ce que l'étude du cerveau nous apprend sur nous-mêmes', le journaliste scientifique Mark Mieras explique notamment pourquoi le multitâches n'est pas réalisable par le cerveau humain.

Plusieurs tâches simultanées se concurrencent. "Ce que font les adeptes du multitâches est en réalité presque toujours du 'switch-tasking'. Le cerveau passe d'une tâche à l'autre et à l'occasion de ce processus de va et vient, des parties du cerveau sont tour à tour désactivées et activées. C'est à juste titre que beaucoup de gens s'irritent lorsqu'au cours d'une conversation téléphonique, ils entendent leur interlocuteur taper sur les touches de son ordinateur. Celui qui tape sur un clavier pendant une conversation, passe constamment d'une tâche à l'autre. Une bribe de conversation et puis une bribe d'e-mail. "Que disiez-vous ?' Taper sur son clavier en téléphonant n'est en général pas mal intentionné mais certainement grossier," écrit Mark Mieras.

Les femmes aussi ne peuvent faire qu'une tâche à la fois mais jonglent mieux avec les tâches. Les centres de contrôle de notre cerveau se trouvent dans le cortex frontal. C'est là que nous passons d'une tâche à l'autre. "A cet égard, le cerveau masculin est plus strictement organisé que celui des femmes. Dans le cerveau féminin, l'attention est moins canalisée de sorte qu'elles apprennent à mieux jongler avec différentes tâches. Néanmoins, dans le cerveau des femmes, le cortex frontal est aussi organisé pour faire une seule tâche à la fois."

Téléphoner quand on est au volant : danger ! Même lorsqu'on dispose d'un kit main libre. Car en téléphonant, notre cerveau se construit une image mentale de l'interlocuteur et cette image concurrence l'image de la route de sorte qu'on est moins concentré et moins attentif. Ecouter de la musique, par contre, ne donne pas lieu à des problèmes de ce genre parce que le chemin qu'emprunte cette information ne gêne pas la conduite.

Les gens surestiment leur capacité d'attention. Si dans un musée, vous vous arrêtez quelques minutes devant un tableau, vous découvrirez de plus en plus de détails. Nous pouvons regarder d'un seul coup d'oeil mais pour voir, il faut du temps. "Concentrer son attention sur quelque chose est une tâche difficile pour le cerveau. Celui qui s'intéresse à trop de choses simultanément, met ses centres d'attention dans l'incapacité de fonctionner. Les yeux et les oreilles continuent à enregistrer des données mais le cerveau est incapable d'en faire quelque chose de valable : l'information disparaît dans un trou noir."

Source : Mark Mieras, "Ben ik dat? Wat hersenonderzoek vertelt over onself", Nieuw Amsterdam Uitgevers, 2009

En savoir plus sur:

Nos partenaires