Help ! Mon collègue est plus intelligent que moi

24/10/11 à 10:34 - Mise à jour à 10:34

Source: Trends-Tendances

Einstein a débarqué dans votre entreprise. Une situation rarissime, mais il est permis de rêver. Grâce à lui, vous allez vous enrichir. Bien entendu, vous lui laisserez une liberté totale et vous serez très attentif à son confort. Ce génie n'est intéressé que par le contenu de son travail. Il vit pour ses recherches, ses créations, ses divagations. Sa gratification est dans l'"ici et maintenant", un peu à l'image d'un grand artiste. Dans la majorité des cas, le nouveau venu est tout simplement plus intelligent que vous. Et comme vous êtes - quand même - un peu intelligent, vous vous en êtes rapidement rendu compte et vous avez commencé à gamberger. Comment vous y prendre avec lui ? " Il convient de connaître les drivers du surdoué, conseille Daniel Fulda, coach d'entreprise. Ses moteurs sont-ils le pouvoir, l'argent ou la reconnaissance ? A partir des réponses, vous mettez en oeuvre une stratégie différente. "

Hypothèse 1 : il aime le pouvoir
Danger ! ll peut viser votre job. Il faut très vite le marginaliser. Par exemple, envoyez-le travailler dans une filiale à l'étranger ou installez-le dans un placard doré. Autre méthode très utilisée dans les grands groupes : placez auprès de " Monsieur dents qui rayent le parquet " un adjoint qui vous raconte tous ses faits et gestes. Bref, un espion à votre solde. Ce sera ainsi beaucoup plus facile de le dégommer. Pschitt ! Fini, adieu l'ambitieux.

Hypothèse 2 : il est motivé par l'argent
Avec un profil type " mercenaire ", la situation est nettement plus facile. Si vous tenez à lui, faites un effort sur sa rémunération de manière régulière. Si les finances de l'entreprise sont justes, ne bougez pas. De toute façon, tôt ou tard, il partira chez la concurrence. Ce qu'il aime, c'est le fric ; il n'est jamais fidèle très longtemps.

Hypothèse 3 : il a besoin de reconnaissance
Là franchement, vous jouez sur du velours. Non seulement ce cadre est super intelligent, mais c'est un bosseur motivé par son métier. Confiez-lui des missions de haut vol et donnez-lui l'occasion de présenter le fruit de son travail à un auditoire de qualité. Devant une assistance de 300 personnes ou en comité restreint, félicitez-le abondamment avec des mots bien choisis. Et dans les couloirs, glissez-lui régulièrement un compliment.

Avec Daniel Fulda, coach de dirigeants et cadres

Source : L'Entreprise

Nos partenaires