Des shops pour doper la rentabilité en ligne des médias ?

11/03/11 à 16:49 - Mise à jour à 16:49

Source: Trends-Tendances

Les éditeurs cherchent encore et toujours la meilleure façon d'utiliser l'Internet et les nouvelles technologies. Et surtout, ils espèrent en tirer de vrais revenus. Certains tentent le commerce en ligne. LA solution ?

Des shops pour doper la rentabilité en ligne des médias ?

Une PME belge aurait-elle trouvé la solution à la grande question qui taraude tous les éditeurs de presse : comment être rentable en ligne ? En tout cas, les responsables de The Shop le pensent. Pour augmenter les revenus (et donc la rentabilité) des sites Web des médias, la PME bruxelloise propose aux éditeurs un magasin en ligne clé sur porte.

Le premier exemple est celui développé pour le quotidien La Dernière Heure (et bientôt La Libre Belgique). Sur DH.be Shopping, l'internaute peut trouver une importante gamme de produits, essentiellement électroniques : ordinateurs, GSM, tablettes, consoles de jeux, etc. "Nous pensons qu'on peut mettre en place un cercle vertueux local, commente, enthousiaste, Bruno Van Boucq, initiateur du projet (aux côtés de Richard Feldbrugge, fondateur de Jobscareer) et, parallèlement, CEO de la régie Beweb. En fédérant une série d'éditeurs qui drainent un trafic Web important, on pourra obtenir des prix avantageux de la part des fournisseurs. Donc susciter des ventes et... apporter un complément substantiel aux revenus Internet des médias."

De fait, même si "la marge est assez faible dans ce secteur", admet Bruno Van Boucq, The Shop et les éditeurs doivent partager à 50/50 le bénéfice réalisé sur les ventes. Et l'initiateur du projet ne manque pas d'optimisme : "Notre objectif est d'arriver à un total des ventes de 5 millions d'euros en un an." Il prévoit même, à terme, que le shop pourrait générer 30 % du revenu Web des éditeurs. Ambitieux. "S'ils veulent doper leurs revenus par ce mécanisme, les médias doivent évidemment assurer la promotion du shop, insiste Bruno Van Boucq. Mais ils ont les outils pour le faire : le Web, l'imprimé, l'audiovisuel." Une arme marketing de premier choix, évidemment.

Cela suffira-t-il ? Car si, sur le papier, le projet semble parfait, restent certains (gros) défis. Le premier consistera à obtenir le meilleur prix. De fait, les concurrents ne sont qu'à un clic de souris. Pixmania en tête. Et le shop de la DH reste, jusqu'ici, nettement plus cher. Pour un BlackBerry Curve, par exemple, comptez 232 euros sur le site DH.be Shopping, contre 215 euros sur Pixmania. Sans compter la concurrence de magasins réels, comme MediaMarkt, qui proposent aussi des prix plancher. Pour être compétitif, The Shop devra commencer par convaincre plusieurs grands éditeurs d'adopter son service.

L'autre défi sera de séduire le public. "Des titres de médias ont-il la légitimité pour proposer du commerce en ligne ?, s'interroge un observateur. Et surtout, le public leur fera-t-il confiance pour cela ? Sera-t-il conquis par l'idée de faire du commerce avec un éditeur, dont il ne connaît a priori rien du service après-vente ?"

En tout cas, l'idée semble plaire aux médias puisque, dans un autre domaine, le site du Vif Weekend , le supplément fashion du Vif/L'Express, vient de s'associer à la blog-boutique branchée Vendredichic.be pour ouvrir un shop "co-brandé" sur le Web. L'avenir des médias en ligne passe-t-il donc par le commerce ?

Christophe Charlot

En savoir plus sur:

Nos partenaires