Comment rattraper la bourde d'un collaborateur

20/07/12 à 14:47 - Mise à jour à 14:47

Source: Trends-Tendances

impairs - Trop distrait, trop spontané, trop bavard... Le roi de la gaffe peut être un bon collaborateur dont on répugne à se séparer, mais il évolue dans le "trop". Et fait des dégâts autour de lui. Les conseils de Silvana Frazzetta, fondatrice d'Atmosphère Coaching, pour recoller les morceaux en douceur.

Votre Pierre Richard du jour a fait une bêtise, parce qu'il a voulu trop bien faire. C'est la tuile pour le business ou l'image de l'entreprise. Inutile de dramatiser ! Surtout si vous ne voulez pas vous séparer de ce collaborateur qui vous donne par ailleurs entière satisfaction. Un manager doit savoir garder son sang-froid. Evaluez les conséquences, soyez bienveillant avec le fautif mais débriefez-le afin de saisir l'origine de sa boulette. Elle ne doit pas se répéter. Illustration en cinq exemples inspirés de faits réels. Certains proches de la faute, d'autres plus bénins.

1 - SMS perso parti chez le chef Votre collaborateur s'est trompé de destinataire, le message pour son pote est parti chez l'un de vos homologues: "Week-end cool, mais ici ça va être chaud, ils vont m'em... !" Et il s'est empressé de vous raconter sa bévue avec ironie. L'histoire a vite circulé, vous transformant en tyran auprès de vos pairs. Deux réponses possibles dans le registre de la légèreté. 1/Le prendre avec humour face à vos pairs. 2/Discuter avec votre collaborateur. "Il paraît que les week-ends sont sympas et que la semaine est plus longue ?" Puis l'inciter à présenter ses excuses auprès de celui qui a reçu le SMS par erreur, sans salamalecs mais avec une petite explication sur sa teneur. Ça se tassera.

2 - Fuite du fichier clients Il a fait un clic malheureux. Le listing des clients et les tarifs ont été adressé à l'un d'entre eux... qui a découvert qu'il avait des prix moins avantageux. Et a aussitôt appelé le directeur commercial. L'attitude du manager fut excellente. 1/Il a réagi illico, gérant le problème avec le revendeur : excuses puis promesse d'une nouvelle offre commerciale. 2/Il a alerté le PDG et déclenché un plan Orsec pour ficeler un alignement des tarifs à l'euro près. 3/Il a expliqué à son collaborateur qu'il ne devait plus pratiquer le multitasking au risque de s'emmêler les pinceaux.

3 - Information divulguée trop tôt Toute contente, Josiane annonce à son amie employée chez l'un des fournisseurs clés de sa société qu'ils viennent de remporter l'appel d'offres. Aussitôt, ce fournisseur appelle le chef de Josiane pour le remercier. Or rien de définitif n'avait été arrêté. Embarras... Dans ce cas, il faut jouer à fond la diplomatie. Rencontrez votre prestataire en tête à tête, idéalement lors d'un déjeuner. "Il y a eu un malentendu chez nous, vous êtes dans la short-list mais on discute encore." Et assurez-le que vous lui donnerez en personne le résultat. Puis recadrez le salarié sur son défaut de discrétion : un propos tenu en réunion doit rester confidentiel.

4 - Dossier sensible scratché Il travaille sur le serveur partagé et, oups, écrase par inadvertance le fichier de son coéquipier absent. Panique à bord. Ce dossier capital doit être présenté au patron le lendemain matin. Il est 18 heures et il n'y a plus un seul informaticien sur place. Vous avez deux options. 1/Demander un délai au chef d'entreprise sans préciser de motif ou en prétextant la nécessité de creuser des points, afin de protéger votre collaborateur. 2/Mobiliser l'équipe pour reconstituer le dossier, quitte à passer une nuit blanche. Le résultat ne sera pas aussi parfait mais vous aurez su le livrer à temps.

5 - Attitude déplacée face au boss Lors d'un cocktail, une salariée plutôt délurée apostrophe le PDG qui avale un petit four : "J'adore votre look ! C'est top ce soir, non ?" Son manager, juste à côté, n'a pas pipé mot. Il s'est contenté d'un petit sourire au boss. Il a eu raison. En pareilles circonstances, le silence est la meilleure réplique. Surtout, n'excusez pas votre collaborateur auprès de la hiérarchie, vous le dévaloriseriez. Mais, plus tard, expliquez-lui en quoi il est sorti de son rôle et les limites à respecter.

(Source : L'Entreprise)


Nos partenaires