Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

05/11/15 à 09:44 - Mise à jour à 09:46

Cet "homme flou" qui a détrôné Bill Gates... quelques minutes

Saviez-vous que, le vendredi 23 octobre dernier, l'Espagnol Amancio Ortega a été, pendant quelques minutes seulement, l'homme le plus riche de la planète ? L'information n'a pas fait beaucoup de bruit. Pourtant, elle mérite un commentaire.

Cet "homme flou" qui a détrôné Bill Gates... quelques minutes

Amancio Ortega (Inditex). © Belga

Amancio Ortega, pour ceux qui ne le connaissent pas, est l'homme le plus discret de la Terre. Il fuit la presse comme la peste, n'a jamais donné d'interview, et il n'y a qu'une photo de lui, et encore, cette photo est dérobée. Sa société Inditex, cotée en Bourse, n'est pas non plus très connue du grand public, sauf si je vous dis que, derrière ce nom, on retrouve des marques aussi connues que Zara ou encore Massimo Dutti.

Cet homme a engrangé une fortune personnelle évaluée aujourd'hui à 78 milliards de dollars, ce qui fait de lui le deuxième homme le plus riche du monde après Bill Gates, fondateur de Microsoft.

Partager

Pour être l'homme le plus riche du monde, il ne faut pas nécessairement être à la tête d'un réseau social !

Si je vous ai dit que Amancio Ortega a été l'homme le plus riche du monde durant quelques minutes seulement, c'est parce que le site du magazine américain Forbes, à l'origine de ce classement des milliardaires mondiaux, calcule cette fortune en temps réel. Et effectivement, ce 23 octobre, le fondateur de Zara a été plus riche que le patron de Microsoft pendant quelques minutes, avant qu'une hausse des actions de Microsoft ne change la donne et rétablisse Bill Gates sur son trône !

Si je vous en parle, c'est que ce "sacre temporaire", pour reprendre l'expression du Figaro (qui a judicieusement épinglé cette information), a marqué les esprits. Il démontre que, pour réussir, il ne faut pas nécessairement être à la tête d'un réseau social ou d'une société Internet. Le leader mondial du prêt-à-porter qu'est Zara démontre chaque jour qu'on peut gagner de l'argent avec des vêtements, à condition d'avoir développé un business model en béton. C'est le cas de Zara, qui joue sur la carte de la Fast Fashion (ou "mode rapide"). Autrement dit, ses vêtements sont fabriqués en quelques semaines et en majorité en Europe ou au Maroc pour des raisons de rapidité. Ces mêmes vêtements, vendus à prix sages, n'en sont pas moins inspirés des tendances des derniers défilés.

Voilà en résumé pourquoi Zara dispose de 6.000 magasins dans 90 pays... et aussi pourquoi la société Inditex, propriétaire de la marque Zara, est évaluée aujourd'hui à plus de 100 milliards d'euros par la Bourse. Or, un homme possède seul quasi 60% de cette société. Un homme qui refuse les interviews et dont les médias n'ont à leur disposition, pour parler de lui, qu'une seule photo. Et encore, elle est floue car elle a été dérobée !

Nos partenaires