Attaqué par la presse : 5 conseils pour se défendre

20/06/11 à 11:26 - Mise à jour à 11:26

Source: Trends-Tendances

S'opposer férocement. Cette stratégie est efficace à trois conditions : disposer de solides arguments, avoir des réseaux pour savoir où faire passer ses messages, être doté d'une belle force de conviction.

Capitaliser son image. Il s'agit de démolir une image devenue calamiteuse par une image apaisée, sereine : celle de père ou de mari modèle, celle du patron proche de ses équipes, etc. DSK passe pour un pervers auprès des tabloïds américains mais joue remarquablement des clichés de couple parfait en s'exposant main dans la main avec Anne Sinclair.

Faire l'autruche. C'est la meilleure riposte quand on n'a ni réseau, ni notoriété. Le gérant du Quick d'Avignon où un enfant avait dîné avant de décéder de son repas a été stigmatisé par un grand quotidien et n'avait pas d'expert en communication de crise sous le coude. Il a donc opté pour le silence et choisi un avocat.

Avouer publiquement. C'est l'unique solution quand les faits sont flagrants et quand il n'y a plus d'arrangements possibles entre les parties. Dans l'affaire d'espionnage Renault, le patron Carlos Ghosn a reconnu : "Je me suis trompé." Il est certes tombé de son piédestal mais au moins il en redevient humain. Son attitude a donc été payante.

Déplacer le problème. C'est la thèse du complot qui est totalement à déconseiller. Transformer une accusation d'abus de bien social par exemple en vengeance privée, donnera tout de suite du grain à moudre à la presse à scandales. Non seulement vous ferez la Une des journaux mais aussi celle des hebdos grand public et des magazines people.

Source : L'Entreprise.com

Nos partenaires