Enseignement: la faillite assurée

17/05/13 à 20:11 - Mise à jour à 20:11

Source: Trends-Tendances

(Belga) Si le niveau de l'enseignement ne s'améliore pas vite en Wallonie et à Bruxelles dans les prochaines années, l'avenir de milliers de jeunes risquent d'en pâtir mais aussi la prospérité de la Communauté Wallonie-Bruxelles, lit-on dans l'édition de samedi du magazine Marianne qui se base sur une nouvelle étude du bureau de consultance MCcKinsey, consacrée à l'enseignement et menée durant six ans.

Enseignement: la faillite assurée

Actuellement, trop de jeunes ne terminent pas leurs études en Wallonie (13,7%) et à Bruxelles (16%) alors que le marché de l'emploi est très exigeant. Dans l'enseignement qualifiant, le taux de redoublement est de 24% dans le technique et de 21% en professionnelle. "Ce manque de personnel freine la croissance des PME au sud du pays. Sur la cinquantaine d'employeurs wallons interrogés par McKinsey, la principale difficulté pour 50% d'entre eux est de recruter du personnel ouvrier qualifié", lit-on dans Marianne. Il est aussi difficile pour les employeurs de trouver du personnel commercial multilingue et des ingénieurs. Selon l'étude, le manque de personnel qualifié est notamment imputable à l'enseignement technique et professionnel défaillant. L'enquête prône par ailleurs une adéquation entre formation et les besoins des entreprises comme c'est le cas dans d'autres pays. Mc Kinsey estime que les dépenses en matière d'enseignement sont suffisantes (5,7 milliards d'euros par an) mais propose d'inciter les personnes de qualité à devenir et rester enseignants, d'assurer la mise en place de direction de qualité, de viser la réusssite de chaque élève pour améliorer la performance globale et d'améliorer les pratiques d'enseignement sur le terrain. "En rattrapant l'écart avec l'enseignement flamand, le PIB/habitant augmenterait de 0,9%, ce qui pourrait augmenter du même coup le taux d'emploi, favoriser la croissance, et rattraper le PIB/habitant de la Flandre... en une seule génération", lit-on encore dans le magazine. (Belga)

Nos partenaires