Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

03/01/14 à 09:59 - Mise à jour à 09:59

En matière de prévisions économiques, il y a encore beaucoup à faire...

"Les prévisions météorologiques ont fait plus de progrès que les prévisions économiques."

Si je démarre cette chronique par cette phrase, ce n'est pas pour être désobligeant ou désagréable à l'égard des économistes, d'autant que je compte beaucoup d'amis parmi eux. Mais voilà, c'est une réalité que même un expert financier reconnu comme le Français Bertrand Jacquillat n'a pas manqué d'épingler dans les colonnes de nos confrères du Nouvel Economiste en France.

Bertrand Jacquillat commence par admettre que si les prévisions météorologiques ne sont pas non plus fiables à 100%, elles ont le mérite d'avoir fait des progrès considérables depuis quelques années. En revanche, c'est vrai qu'en matière de prévisions économiques, il y a encore beaucoup à faire. Les plus anciens se souviennent qu'il y a six ans, donc juste avant l'éclatement de la crise, un échantillon d'économistes avait été sondé sur la probabilité d'une récession. Seuls 38% d'entre eux ont estimé probable une récession. Autrement dit, 62% d'entre eux ont été incapables de voir venir la plus grande crise financière de tous les temps depuis la fameuse crise de 1929 !

Si j'en parle aujourd'hui, c'est parce que la fin de l'année et le début de l'année sont des périodes propices aux prévisions, et notamment aux prévisions boursières. Elles seront d'autant plus scrutées par le commun des mortels, que les grandes Bourses occidentales ont réalisé des scores à faire mourir de jalousie ceux et celles qui ont tout misé sur leur livret d'épargne à moins de 1% de rendement annuel.

Mais regardez les prévisions économiques de l'an dernier. La plupart du temps, elles n'étaient pas très fiables, non pas parce que les économistes sont incompétents, mais parce que les données sur lesquelles leurs modèles se basent sont par construction déjà des données du... passé !! Mais au fond, à quoi sert-il de prédire ou tenter de prédire le long terme ? L'économiste le plus célèbre au monde, Lord Keynes disait que "Le long terme est un mauvais guide pour les affaires courantes. Et d'ailleurs, à long terme, disait-il, la seule certitude, c'est que nous serons tous morts".

Nos partenaires