Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

19/01/10 à 15:24 - Mise à jour à 15:24

Embauchez des femmes pour "guérir" les marchés financiers !

Lorsqu'une journée de trading est un peu plus dure, tous les traders "mâles" sont "envahis" par une hormone de stress.

Embauchez des femmes pour "guérir" les marchés financiers !

Si vous avez la chance, un jour, de visiter une salle de marché - ces salles où sont regroupés tous les traders en actions et en devises d'une banque - vous serez frappé par deux choses. D'abord, le calme apparent de tous ces jeunes gens ; un calme d'autant plus étonnant que ces traders brassent sur une journée plusieurs centaines de millions d'euros. Ensuite, les écrans des ordinateurs, remplis de chiffres et de statistiques incompréhensibles pour le commun des mortels.

Voilà pour la "façade", si je puis dire. En réalité, le calme n'est qu'apparent et le côté rationnel ne dure qu'un temps. C'est ce que vient de découvrir une étude menée par l'université de Cambridge en Grande-Bretagne. Les chercheurs en question ont étudié le comportement de 17 traders mâles et en on tiré plusieurs conclusions.

Lorsqu'une journée de trading est un peu plus dure ou agitée, tous ces traders sont "envahis" par une hormone de stress, tandis qu'un niveau de testostérone plus élevé que d'habitude rend ces traders plus imprudents qu'il ne le faut. L'effet de ces hormones a été masqué jusqu'à présent par le calme apparent de tous ces traders. Or, comme le fait remarquer le directeur de cette étude, le calme apparent de ces traders n'empêche pas que leur rationalité soit prise en défaut par toutes ces hormones de stress.

Le plus intéressant, dans cette étude relayée par le Financial Times, c'est qu'il semble que tout irait mieux s'il y avait plus de traders femmes ! En clair, comme les femmes sont moins sujettes à ce genre de stress, elles permettraient d'avoir moins de volatilité sur les marchés.

Ce genre de conclusion corrobore ce que des chercheurs dans le domaine éducatif ont déjà constaté, à savoir que, dans une classe, la présence de filles avait une influence positive sur l'ensemble du groupe. Alors, pourquoi pas dans une salle de marché ?

Bien entendu, entre les résultats d'une enquête et l'embauche de davantage de femmes, il y a d'abord des résistances ou des préjugés à vaincre. Les patrons de banques peuvent toujours s'inspirer des grands orchestres de musique classique américains. Voici quelques années encore, ces orchestres étaient des bastions masculins, jusqu'au jour où des auditions à l'aveugle ont été introduites et qu'on s'est rendu compte que les femmes passaient mieux la rampe.

Les banquiers pourraient s'inspirer de ces tests à l'aveugle pour augmenter la présence féminine au sein des salles de marché. Si cela ne marche pas, il faudra faire passer de la musique d'ascenseur et placer des poissons rouges devant les écrans de tous ces jeunes traders en excès de testostérone.

Nos partenaires