Disneyland Paris - Une centaine de personnes à la session de recrutement bruxelloise

17/01/13 à 12:27 - Mise à jour à 12:27

Source: Trends-Tendances

(Belga) Environ 110 personnes participent ce jeudi, dans un hôtel du centre de Bruxelles, à une session de recrutement de Disneyland Paris. Une session d'une telle ampleur est une première à Bruxelles pour le parc à thème mais l'expérience devrait être rééditée dans les prochains mois.

Disneyland Paris - Une centaine de personnes à la session de recrutement bruxelloise

En vue de sa prochaine saison, le parc de Marne-la-Vallée recrute 3.000 saisonniers sous CDD, 150 collaborateurs sous CDI ainsi que 250 personnes sous contrat de professionnalisation (alternance travail et formation linguistique). Pour réussir le défi récurrent que représente une telle campagne de recrutement, Disneyland Paris sillonne toute l'Europe -avec des sessions à Londres, Madrid, Berlin, Rome, Amsterdam, ou dans les Pays baltes- mais le parc cher à Mickey compte également sur la capitale de l'Europe. "Il y a un potentiel lié à la nature de Bruxelles comme capitale de l'Europe mais aussi en tant que carrefour européen. Ici, on est certain de trouver des francophones, des anglophones, des néerlandophones mais aussi des gens parlant d'autres langues", explique Jean-Noël Thiollier, directeur emploi chez Disneyland Paris. Là où il est déjà difficile, dans l'Hexagone, de trouver des profils bilingues français-anglais, les candidats trilingues, par contre, ne sont par rares à Bruxelles, souligne-t-il. Autres atouts de Bruxelles: la proximité géographique et culturelle avec Paris mais aussi la sociabilité des Belges qui "sont plutôt des gens ayant une vision du service assez positive". Disneyland Paris a également bénéficié "du service efficace" d'Actiris, qui a notamment aidé à réunir des candidatures et a assuré la publicité des offres d'emploi. Une nouvelle session de recrutement devrait en outre être organisée. "Bruxelles est un marché que l'on a pas assez exploité en terme de recrutement. Pour nous, il est essentiel d'y être présent", concède Jean-Noël Thiollier, qui donne d'ores et déjà rendez-vous "en avril ou en mai". (THOMAS SAMSON)

Nos partenaires