Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

07/01/13 à 10:27 - Mise à jour à 10:27

Dieu a créé les économistes pour que les météorologues aient l'air plus crédible

Un proverbe dit que si Dieu a créé les économistes, c'est pour que les météorologues aient l'air plus crédible. C'est méchant pour les économistes, mais c'est vrai que quand on regarde la qualité de leurs prévisions, on se prête à croire ce proverbe !

Nos amis du journal L'Echo ont déniché un professeur d'université américain qui a étudié pendant 20 ans des milliers de prévisions formulées par des centaines d'experts sur l'avenir de certains pays.
Il faut retenir deux éléments de ce travail de titan : les gourous pessimistes affichent une performance encore plus affligeante que les optimistes. Bien souvent, les pessimistes affirmaient qu'ils avaient une probabilité de 70% de voir leurs estimations se concrétiser, alors qu'elles ne l'ont été que dans... 12% des cas ! il suffit de penser à tout ce qui a été dit sur la fin de l'euro !

Pour distinguer ces Nostradamus de l'économie, le professeur d'université qui a réalisé cette étude sur 20 ans de prévisions, sépare ce qu'il appelle les "hérissons" et les "renards". Les hérissons, ce sont ces prévisionnistes qui s'embarquent dans de grandes théories, et qui affichent une très grande confiance en eux et expliquent à la terre entière pourquoi les autres ont tort et eux ont raison. Quant aux "renards", comme leur nom l'indique, ce sont des prévisionnistes plus fins, plus subtils, plus prompts au débat et qui n'hésitent pas à reconnaître certaines lacunes. Au final, les renards font moins d'erreurs que les hérissons, mais, c'est le revers de la médaille, ils ont aussi moins la cote auprès des médias qui préfèrent des positions tranchées plus faciles à vendre à une audience.

Donc, comme le rappellent, nos amis du journal L'Echo, ce qu'il faut pour être un gourou économique, c'est d'abord, être très sûr de soi. Ne pas avoir peur d'être péremptoire, car de toute façon, personne ne viendra vérifier vos prévisions l'année suivante. Et pour faire scientifique, ne faites pas des calculs au doigt mouillée, au contraire, utilisez des chiffres précis avec des décimales, cela fait plus sérieux, plus mathématique.

Dernier conseil : n'hésitez pas à faire énormément de prévisions, et, choisissez un camp idéologique, droite ou gauche, histoire de faire des prévisions qui plaisent à votre camp et, puis, tout dernier conseil, répétez inlassablement vos prévisions passées même si elles ont vaguement réussies et mettez, bien entendu, sous le tapis vos prévisions foireuses. Voilà, vous savez tout, il ne vous reste plus qu'à vous lancer comme gourou économique, c'est un métier d'avenir.

Nos partenaires