Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

05/10/11 à 09:56 - Mise à jour à 09:56

Dexia : le retour au Crédit Communal ?

Le premier point cocasse dans cette triste affaire, c'est que la banque Dexia de demain pourrait fort bien ressembler à notre bon vieux Crédit Communal...

Dexia doit organiser sa propre disparition. C'est un titre que j'ai vu en une de la presse économique française et qui résume très bien la situation. Pourtant, sur la base du communiqué de presse officiel, les actionnaires français et belges de Dexia restent unis pour le meilleur et pour le pire.

Sur le fond, vous vous en doutez, c'est bien la fin de l'aventure franco-belge qui se dessine entre les lignes de ce communiqué de presse. Le conseil d'administration de Dexia, autrement dit son organe suprême de décision, confie en effet à Pierre Mariani, CEO de Dexia, le soin de préparer "les mesures nécessaires pour résoudre les problèmes structurels qui pénalisent les activités opérationnelles du groupe et ouvrir de nouvelles perspectives de développement à ses franchises commerciales historiques en Belgique et en France".

Si vous n'avez rien compris à ce charabia, rassurez-vous, c'est normal : c'est du jargon de financier qui n'a pas pour vocation d'être compris par tout le monde, mais qui veut dire trois choses en français de tous les jours :

1) Dexia se bat quotidiennement pour trouver assez de liquidités pour financer ses activités.

2) Son patron, le Français Pierre Mariani, est chargé de cantonner dans une structure séparée les actifs les plus risqués de Dexia - c'est ce qu'on a appelé la bad bank, la "mauvaise banque".

3) Il devra vendre ses filiales les plus rentables !

En attendant, le cours de Bourse de Dexia a chuté de 38 % durant la matinée de mardi. De mémoire de financier, ce n'est plus de la volatilité, c'était une véritable descente aux enfers. La vraie crainte, aujourd'hui, est de revivre un scénario à la Fortis. C'est donc une affaire à suivre de près.

Le premier point cocasse dans cette triste affaire, c'est que la banque Dexia de demain pourrait fort bien ressembler à notre bon vieux Crédit Communal. En somme, une sorte de retour à la case départ. Deuxième point cocasse : en avril 2011, une polémique était née autour d'un bonus accordé à la direction de Dexia. A l'époque, la direction, ainsi que Jean-Luc Dehaene, président du conseil d'administration de Dexia, avaient justifié ce bonus par les bons résultats de la banque. Mais quels bons résultats ?

Décidément, la vie économique est parfois bizarre. Le nouveau patron de HP, par exemple, a été remercié avec un chèque de 17 millions d'euros alors que sa stratégie a été catastrophique !

Nos partenaires