Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

06/10/11 à 10:43 - Mise à jour à 10:43

Dexia : le contribuable paiera-t-il les pots cassés ?

Une bad bank est un tour de passe-passe financier pour cacher la poussière sous le tapis. L'aspirateur étant, in fine, le contribuable.

Revenons à cette triste affaire Dexia. Comme vous le savez, le gouvernement belge a annoncé avoir approuvé la création d'une bad bank , une "mauvaise banque" en bon français. L'objectif de cette bad bank, c'est d'isoler les actifs toxiques de Dexia et protéger ainsi ses autres activités. Cette structure très spéciale bénéficiera des garanties de la France et de la Belgique.

Au fond, tout le monde se demande ce qu'est réellement une bad bank. On sait ce qu'est un bad boy, mais une bad bank ? Réponse : quand les difficultés d'une banque sont telles qu'elles peuvent provoquer un effet domino sur l'économie ou une fuite des déposants, les Etats n'ont d'autre choix que de recapitaliser la banque en question au plus vite. Ou alors - deuxième option - les Etats sortent les "actifs pourris" du bilan de la banque en danger.

C'est cette deuxième option qui a été choisie pour Dexia. En fait, le principe d'une bad bank est de placer des actifs "toxiques" dans une structure spéciale créée à cette occasion. Avec plusieurs objectifs à la clé. Primo, débarrasser la banque de ses problèmes pour qu'elle puisse se consacrer intégralement au financement de l'économie. Secundo, prendre le temps de vendre l'intégralité des actifs compromis en attendant des temps meilleurs, pour limiter les moins-values... lesquelles moins-values seront de toutes façons supportées par le contribuable, c'est-à-dire vous et moi !

Car, ne l'oubliez pas, dans le cas de Dexia, ce sont les Etats belge et français qui garantissent le financement de cette structure, en assument les pertes. Et quand on dit l'Etat, cela signifie le contribuable, donc, à nouveau, vous et moi !

Au fond, le journal La Tribune a bien résumé ce qu'est une bad bank : une structure chargée de liquider au mieux les actifs pourris d'une banque en difficulté. Autrement dit, c'est un tour de passe-passe financier pour cacher la poussière sous le tapis. L'aspirateur étant in fine le contribuable. Mais chut !, personne ne peut le savoir.

Nos partenaires