Des syndicats belges protestent contre l'instauration d'un péage en Allemagne

20/08/14 à 17:56 - Mise à jour à 17:56

Source: Trends-Tendances

(Belga) Une délégation syndicale belge s'est rendue mercredi à Kerkrade, dans le Limbourg néerlandais, afin de protester, aux côtés de syndicats allemands et néerlandais, contre l'intention des autorités allemandes d'imposer un péage ou une vignette à tous les véhicules. "C'est une entrave à la libre circulation des travailleurs et une discrimination pour les Belges qui doivent se rendre en Allemagne", a commenté Jean Vranken, de l'ACV Limburg (CSC Limbourg).

Des syndicats belges protestent contre l'instauration d'un péage en Allemagne

Le projet allemand prévoit qu'à compter de 2016, les automobilistes soient taxés sous forme d'une vignette annuelle dont le coût dépendra de l'âge de la voiture, de la cylindrée du moteur et de critères environnementaux, pour un montant de 88 euros en moyenne. Pour les résidents, le montant serait déductible fiscalement. Les automobilistes étrangers devraient bel et bien acquérir une vignette. "Belges et Néerlandais seraient discriminés dans ce cas", estime l'aile limbourgeoise du syndicat chrétien. "Si nos compatriotes doivent aller en Allemagne pour des raisons professionnelles, ils devront payer cette taxe. Il faudra mettre la main au portefeuille même si on ne visite nos voisins qu'une fois par an pour le marché de Noël. Pour nous, c'est inacceptable dans une Union européenne où une libre circulation des personnes est en vigueur. En France, on a au moins le choix d'emprunter les routes à péage, et la région frontalière est libre de tout péage." Les organisations de travailleurs belges et néerlandaises soutiennent leurs collègues allemands bien que ceux-ci soient opposés au projet pour d'autres raisons. "Les syndicats allemands sont principalement inquiets de l'impact négatif d'une telle mesure sur l'économie", détaille Jean Vranken. "Si les visiteurs occasionnels doivent tout à coup payer de 60 à 100 euros pour passer la frontière, ils envisageront probablement un autre lieu de villégiature." (Belga)

Nos partenaires