Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

08/08/12 à 15:30 - Mise à jour à 15:30

Des stars du show-biz arnaquées

La crédulité humaine n'a décidément pas de limites. On l'avait vu avec l'américain Bernard Madoff qui avait escroqué le gotha du show-business et de la jet set new-yorkaise. Et là, on vient d'apprendre que Bernard Madoff a fait des émules en France.

Un gestionnaire de comptes, Frédéric L. (le journal Le Parisien qui a dévoilé l'affaire n'a pas donné son nom de famille), cet aurait arnaqué pendant dix ans des stars du show-biz pour un montant total de 5 millions d'euros. On est loin des 50 milliards de Madoff, mais le principe est le même.

En effet, la méthode employée s'inspire de celle de Bernard Madoff. Ce système consiste à prêter à certains de ses clients des sommes empruntées aux autres.

Selon les premiers éléments de l'enquête, toutes les stars qui ont eu affaire à Frédéric L. ignoraient l'escroquerie. Selon Le Parisien, les victimes se divisent en deux catégories : celles à qui il a pris de l'argent et celles à qui il en a prêté. Dans le premier groupe, on retrouve ses principales victimes : le producteur et réalisateur Alexandre Arcady, l'acteur et mannequin Olivier Martinez, qui pense avoir perdu 1,2 million d'euros, ou encore la comédienne Mylène Demongeot.

Et c'est avec l'argent de Mylène Demongeot que Frédéric L. a pu prêter pendant une dizaine d'années des fonds à une cinquantaine de comédiens, dont Isabelle Adjani.

Si certains ont remboursé les sommes avancées, comme le médecin des stars Stéphane Delajoux ou l'acteur Samy Naceri, d'autres ont refusé de les restituer. Selon Le Parisien, Isabelle Adjani figurerait dans cette catégorie, tout comme l'animateur Magloire ou la réalisatrice Josée Dayan.

Et c'est à partir de ce moment-là que l'escroquerie a capoté. Exactement comme Madoff a eu le même problème quand la crise économique a éclaté et que certains de ses clients avaient demandé à être remboursés, ce qu'il n'a pas pu faire, encore récemment, des biens supposés avoir appartenus à Madoff ont été mis en vente aux enchères à Montréal et cela a attiré pas mal de curieux. Il y a avait notamment des diamants, des tapis persans et des oeuvres de Marc Chagall et de Claude Monet. La police américaine a heureusement averti les Canadiens contre ce type de vente dont les biens ont une provenance douteuse. Et donc, au final, la vente a rapporté 100.000 dollars. Ce n'est pas énorme, mais c'est encore trop par rapport à des biens dont l'origine est douteuse et Madoff, la seule personne qui pourrait attester de l'origine de ces biens est en prison.

Nos partenaires