Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

11/04/13 à 15:44 - Mise à jour à 15:44

De l'hystérie fiscale ambiante

Nous vivons une drôle d'époque, une époque où n'importe qui peut dire n'importe quoi et sur n'importe quel média. L'hystérie fiscale ambiante a d'abord démarré avec ce ministre français du budget qui a menti sur son compte en Suisse.

Depuis quasi une semaine, c'est un consortium de journalistes au niveau mondial qui distille jour après jour les noms de sociétés ou de particuliers qui ont un compte dans un paradis fiscal. Ensuite, en Belgique, c'est un secrétaire d'Etat chargé de lutter contre la fraude fiscale qui propose de retirer la licence bancaire aux banques belges impliquées dans ce genre de montages fiscaux. Le lendemain, c'est un député écolo qui déclare que l'argent planqué dans les paradis fiscaux se traduit par un manque à gagner de 9 milliards d'euros par an. Et puis, enfin, ce sont 5 pays qui demandent à la commission européenne d'adopter de nouvelles mesures pour lutter contre les paradis fiscaux !

Que dire de tout cela ? Sinon, que c'est vraiment n'importe quoi !? Prenons les 5 pays qui ont demandé de renforcer la législation sur les paradis fiscaux, la commission européenne leur a répondu, poliment, mais fermement, que tout l'arsenal législatif existait déjà, qu'il a déjà été proposé par la commission, qu'il a été délaissé par ces mêmes États et qu'il suffit donc de le réactiver ! Bref, on nage en pleine hypocrisie. Quant aux 9 milliards d'euros perdus à cause des paradis fiscaux, aucun journaliste n'a demandé à ce député belge d'où provenait ce chiffre ? N'est-ce pas un calcul au doigt mouillé, puisque par définition de l'argent planqué dans des paradis fiscaux est difficile à évaluer ? Alors, d'où vient son chiffre de 9 milliards ?

Même chose pour notre secrétaire d'Etat qui semble découvrir que des banques utilisent des paradis fiscaux mais c'est vieux comme le monde, c'est même légal et on le regrette depuis longtemps, mais ce n'est pas neuf, et ces banques ne s'en cachent pas, alors pourquoi feindre de le découvrir maintenant ? De nouveau, c'est le règne de l'hypocrisie.

Et puis, quant au consortium de journalistes qui dévoile, jour après jour, la liste des évadés fiscaux, ce même consortium a omis de respecter la première règle du journalisme, à savoir citer sa source ! D'où viennent ces données, d'où vient ce disque dur ? Qui l'a donné, et dans quel but ? à qui profite le crime ? Et là, non plus, aucune réponse, personne ne pose même la question !

A croire que tout le monde a perdu son jugement et que seul comptent les noms que l'on va jeter en pâture au public, c'est pourquoi je vous parlais d'hystérie ambiante, une hystérie qui si elle est mal contrôlée pourrait conduire au retour de la délation. En France, on y est déjà !

Nos partenaires