De Crem ne voit pas de réduction des charges sociales à court terme, le SNI s'inquiète

05/02/14 à 12:54 - Mise à jour à 12:54

Source: Trends-Tendances

(Belga) Le vice-Premier ministre Pieter De Crem (CD&V) a déclaré dans une interview publiée dans De Standaard mercredi qu'il ne voyait pas de marges pour une réduction linéaire des charges salariales dans l'immédiat. Le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) s'inquiète de l'impact que cela aura sur la compétitivité de la Belgique face aux pays voisins et suggère des pistes pour faire baisser le coût du travail pour les entreprises.

Pieter De Crem souligne que le gouvernement a déjà planifié des réductions de charges supplémentaires pour 2015, 2017 et 2019 pour un montant total de 1,2 milliard d'euros. "Nous avons besoin de six milliards d'euros en 2015 et de cinq autre milliards en 2016 pour résorber le déficit budgétaire. Nous devons maintenir le niveau de la dette en dessous des 100% du PIB", déclare le ministre de la Défense. Dans cette perspective, Pieter De Crem ne veut pas envisager de réductions linéaires avant un moment. "Si nous maintenons une croissance supérieure à 2% pendant quelques années, nous pourrons éventuellement mener une réforme fiscale comprenant une réduction globale et générale, mais sûrement pas linéaire, des charges." Le ministre ferme ainsi la porte à une proposition formulée à la fois par l'Open Vld et la N-VA. Le SNI s'inquiète de ce manque de perspectives et demande au gouvernement d'opérer une baisse substantielle des charges au cours des prochaines années. "Si nous voulons réduire les charges salariales de manière significative, le prochain gouvernement devra faire des économies sensibles voire drastiques", commente Christine Mattheeuws, la présidente du SNI. Pour financer ces réductions, le SNI suggère de faire des économies sur les congés parentaux et les allocations familiales et via une limitation des allocations de chômage dans le temps et en réduisant le nombre de fonctionnaires publics. Le syndicat s'inquiète du sort des PME en difficultés et déplore l'écart salarial, calculé à 3,8% par le Conseil Central de l'Economie pour 2014. (Belga)

Nos partenaires