Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

15/11/13 à 11:51 - Mise à jour à 11:51

Comment fait-on pour vivre dans un monde de taux d'intérêt proche de zéro pour cent?

La question n'est absolument pas académique, car c'est ce qui se passe en ce moment. Le jeudi 8 novembre dernier, la banque centrale européenne avait pris tous les spécialistes par surprise en abaissant son taux d'intérêt principal de 0,50% à... 0,25% !

Le but avoué de cette baisse, c'est évidemment d'inciter les citoyens de la zone euro à consommer davantage, surtout à un moment où visiblement la reprise en Europe semble très fragile. Et puis disons-le aussi, même si ce n'est pas le but premier poursuivi par la banque centrale européenne, ce que cette dernière craint le plus, c'est la déflation. La déflation, c'est le contraire de l'inflation, c'est quand les prix ne cessent pas de baisser. Or, c'est un peu ce qui se passe en ce moment en Europe, l'inflation pour l'année 2013 pourrait être de 0,7% seulement ; on se rapproche donc dangereusement des 0% !

Hip Hip Hourra direz-vous : qui dit inflation faible, dit aussi plus de pouvoir d'achat pour les citoyens. A court terme, c'est vrai, mais vous savez aussi que l'économie, c'est une question de psychologie.
Quand l'inflation est très faible, comme elle l'est en ce moment, le danger c'est de tomber dans la déflation... Et quand il y a déflation, les citoyens, vous et moi donc, avons tendance à reporter nos achats. Pourquoi ? Parce qu'on fait tous le calcul que demain les prix seront encore plus faibles qu'aujourd'hui, alors pourquoi acheter aujourd'hui ?

Et le gros hic avec la déflation, c'est que si tout le monde raisonne et agit de la même manière, alors les problèmes démarrent... Comme nous reportons tous nos achats, les entreprises vendent moins de produits et de services, elles sont donc obligés de licencier des personnes, donc le taux de chômage augmente, donc le pouvoir d'achat global diminue encore plus, donc les prix diminuent encore plus, et le cercle vicieux repart de plus belle !

Voilà résumé en quelques points les dangers de la déflation. Qu'a fait donc la banque centrale européenne en baissant son taux d'intérêt principal ? C'est de rendre - indirectement, je dis bien indirectement - l'euro moins cher, et donc un euro qui se déprécie, c'est à la fois bon pour nos exportations, mais cela veut dire aussi que nos importations seront un peu plus chères, et donc cela veut dire que cela permet d'importer de l'inflation de l'extérieur. Et c'est ce que veut arriver à faire la banque centrale européenne, faire en sorte que la zone euro ne tombe pas en déflation ! S'il faut pour cela importer un peu d'inflation, eh bien, c'est très bon pour tout le monde ou presque.

Voilà donc la vraie raison de cette baisse des taux d'intérêt que personne n'attendait.

Nos partenaires