Chypre - Allègement des mesures de contrôle des capitaux

12/04/13 à 10:38 - Mise à jour à 10:38

Source: Trends-Tendances

(Belga) Chypre a allégé à partir de vendredi les mesures de contrôle de capitaux décidées dans le cadre d'un plan de sauvetage international aux conditions draconiennes pour les banques, en levant les restrictions sur les transactions inférieures à 300.000 euros.

Mais le ministère des Finances a maintenu pour au moins sept jours supplémentaires les restrictions prévoyant de limiter les retraits en espèces aux guichets et aux distributeurs à 300 euros par jour, par personne et par banque. L'ojectif de l'allègement est de permettre aux entreprises à court d'argent de payer leurs employés et fournisseurs. Le ministère a également décidé de lever de 5.000 à 20.000 euros par mois le montant autorisé pour les paiements et virements à l'étranger, sans autorisation préalable. Des transactions plus importantes s'inscrivant "dans le cadre de l'activité normale du client" seront autorisées au cas par cas et sur présentation préalable des documents nécessaires. Une autre mesure d'allègement est l'autorisation pour les voyageurs quittant l'île d'emporter jusqu'à 2.000 euros. Jusqu'ici la limite était de 1.000 euros. La zone euro doit se prononcer vendredi à Dublin sur les modalités du plan d'aide à Chypre, qui va devoir faire des efforts plus importants que prévus. Le porte-parole du gouvernement Christos Stylianides a en effet annoncé jeudi que la dette du pays avait été revue à la hausse, à 23 milliards (mds) EUR, dont 10 seraient fournis par les bailleurs internationaux et le reste assuré par les Chypriotes eux-mêmes. Les grandes lignes du plan négocié sont sur la table depuis mars. Mais la situation économique du pays s'est nettement dégradée depuis. "Les besoins financiers de Chypre ont évolué dans un contexte de récession plus profonde que prévu", confirme une source proche des négociations. Chypre, déjà sous le choc de mesures sévères visant son secteur bancaire, devra finalement trouver 13 milliards d'euros, soit six milliards de plus que prévu initialement, dans le cadre du plan de sauvetage. L'essentiel de cette somme proviendra de la restructuration du secteur bancaire, qui comprend une ponction sur les créanciers, y compris les gros déposants. Cette mesure inédite a créé la polémique car c'est la première fois que des déposants sont mis à contribution dans le cadre d'un plan de sauvetage de la zone euro. (Belga)

Nos partenaires