Changer de boulot pour éviter la crise

06/04/13 à 11:46 - Mise à jour à 11:46

Source: Trends-Tendances

(Belga) Le nombre de Belges qui veulent changer de travail en raison de l'insécurité d'emploi a augmenté de 24,8% en un an, alors que le nombre de personnes qui travaillent n'a crû, lui, que de 0,32%, rapporte samedi Le Soir sur base des chiffres de l'enquête 2012 sur les Forces de travail du SPF Economie.

Changer de boulot pour éviter la crise

Ils étaient ainsi 26.122 personnes dans ce cas en 2012, contre 20.928 en 2011. La proportion de travailleurs qui veut changer de fonction reste néanmoins faible par rapport à l'ensemble des travailleurs. Autre indice de l'insécurité ambiante, selon le quotidien: le nombre de personnes qui souhaitaient changer de travail pour obtenir de meilleures conditions est, lui, en baisse significative: -15%. Toutefois, si beaucoup de salariés déclarent vouloir changer de travail, cela ne reste qu'une intention. "D'abord parce que le marché de l'emploi n'est pas des plus dynamiques en ce moment. Ensuite, parce que l'affaire n'est pas sans risque", souligne Le Soir. L'enquête sur les forces de travail démontre également que les hommes et les femmes sont égaux dans le sentiment d'insécurité: il y autant d'hommes que de femmes qui souhaitent changer de travail parce qu'ils ne sont pas sûrs de conserver leur job actuel. Par contre, les hommes sont plus nombreux que les femmes à vouloir changer de travail pour trouver de meilleures conditions. De leur côté, les femmes sont plus nombreuses à vouloir trouver un emploi complémentaire ou un travail avec plus d'heures. En 2012, 66,9% des Belges travaillaient. (MUA)

Nos partenaires