Caterpillar - Les plus gros employeurs wallons touchés par les récentes restructurations

28/02/13 à 18:28 - Mise à jour à 18:28

Source: Trends-Tendances

(Belga) ArcelorMittal, NLMK, Caterpillar ont subi, tour à tour, des plans de restructuration ces derniers mois. Pourtant, les trois entreprises font partie du top 10 des plus gros employeurs wallons, selon un tableau de 2010 publié par l'Union Wallonne des Entreprises (UWE). Pour Jean-Yves Huwart, fondateur d'un "think tank" économique et auteur du livre "Le Second Déclin de la Wallonie", le phénomène va se poursuivre car l'"heure est à un autre type de structure d'entreprise et d'organisation".

En 2010, Caterpillar, dont la direction vient d'annoncer son intention de licencier 1.100 ouvriers et 300 employés sur un total de 3.700 travailleurs, était le quatrième pourvoyeur d'emplois en Région wallonne. Dans ce classement, c'est GlaxoSmithKline (GSK) qui trustait la première place avec 7.025 emplois occupés. "GSK fait un peu office d'exception, car ils ont encore récemment engagé du personnel. En Europe, les gros employeurs ont plutôt tendance à organiser le travail de manière différente aujourd'hui. Grâce aux nouvelles technologies, notamment, ils sous-traitent de plus en plus d'activités", commente M. Huwart. Le spécialiste prend l'exemple, en Italie, de la "vallée du plastique". "Dans cette région, l'activité est florissante mais concerne principalement des PME de 200 à 400 personnes. Les PME de taille moyenne ont des structures très dynamiques, sont totalement internationalisées et collaborent entre elles". Pour Jean-Yves Huwart, le tissu industriel sera composé de réseaux de structures "plus petites et totalement imbriqués". Se dirige-t-on, dès lors, vers la disparition des mammouths de l'emploi? "Le classement des plus gros employeurs, dans le futur, pourrait être composé d'éco-systèmes spécialisés ou de cluster (pôle de compétence), par exemple. D'ailleurs, de manière générale, la Wallonie en prend déjà le chemin, tout comme la Flandre. Tout rassembler dans une unique structure est se risquer à une certaine fragilité", conclut M. Huwart. (JAV)

Nos partenaires