Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

19/01/10 à 15:22 - Mise à jour à 15:22

C'est le cours de Bourse de TF1 qui a fait virer Poivre d'Arvor

Coup de tonnerre chez TF1: PPDA quitte le journal télévisé. En sous main, il s'agit de redresser le cours de Bourse de la chaîne privée, en chute libre depuis plusieurs mois.

C'est le cours de Bourse de TF1 qui a fait virer Poivre d'Arvor

Tout le monde le sait maintenant: PPDA, alias Patrick Poivre d'Arvor, ne présentera plus le journal de TF1. Le coup est rude pour cet homme qui depuis 21 ans présente le journal télévisé le plus regardé de France et d'ailleurs aussi par une partie des Belges. Si j'en parle aujourd'hui, ce n'est pas pour vous dire, comme d'autres l'ont déjà fait, que Nicolas Sarkozy est derrière l'éviction de PPDA. Non, si j'en parle c'est parce que la sortie de Patrick Poivre d'Arvor est un symbole, pas seulement politique, mais surtout économique.

Pour le nouveau patron de TF1, l'urgence était d'envoyer un message positif à la Bourse de Paris. Primo, parce que la part d'audience de TF1 est tombée à 27% en mai, soit quatre points de moins en un an! Secundo, parce que la conjoncture publicitaire est catastrophique: le journal Les Echos rapporte que TF1 a annoncé un recul de 3,7% de son chiffre d'affaires publicitaires. Et tertio, parce que le cours de Bourse du groupe est à son plus bas depuis dix ans. Pour remonter la pente, il fallait donc envoyer un message fort. En disant au revoir à Patrick Poivre d'Arvor, le nouveau patron de TF1 montre qu'il n'a peur d'aucun tabou pour redresser les comptes de son entreprise.

Il le fait d'autant plus facilement qu'il souhaite diminuer le coût de l'information dans le total du coût de sa grille. Les analystes financiers qui suivent l'action TF1 savent que l'information coûte cher, trop cher, sur TF1. En fait, le journal télévisé de la chaîne privée pèse à lui seul 40% du coût de la grille totale d'une chaine comme M6.

Et puis, dans cette histoire, il ne faut pas se leurrer: il n'y a pas que la bonne gestion qui prime pour redresser les comptes de TF1. Ces comptes sont moins bons que par le passé à cause de la concurrence d'Internet et surtout de la TNT, la télévision numérique terrestre.

C'est pourquoi, Nicolas Sarkozy va donner un coup de main à son ami Martin Bouygues, l'actionnaire de TF1. Comment? D'abord en supprimant la publicité aux chaînes de télévisions publiques. Le bénéfice pour le privé sera de 300 millions d'euros. Et puis, en permettant une deuxième coupure de publicité dans les films. Là encore, le bénéfice pour les chaînes privées sera de 300 millions.

Comme le disait le Canard Enchaîné, c'est donc le jackpot pour TF1: à ce prix là, on peut bien renvoyer un présentateur vedette qui, en plus, a déplu au Prince Sarkozy...

Nos partenaires